Races du Puccinia graminis chez l’orge, l’avoine et le blé au Canada de 2015 à 2019

Citation

Fetch, T., Mitchell Fetch, J., Zegeye, T., Xue, A. (2020). Races of Puccinia graminis on barley, oat, and wheat in Canada from 2015 to 2019. Canadian Journal of Plant Pathology, [online] 43(3), 463-471. http://dx.doi.org/10.1080/07060661.2020.1829066

Résumé en langage clair

La rouille noire est une maladie grave des cultures d’orge, d’avoine et de blé au Canada. À l’heure actuelle, nous utilisons des cultivars résistants pour lutter contre la rouille noire. Cependant, de nouvelles souches (races) de rouille noire évoluent et peuvent migrer au Canada. Il est donc nécessaire de mener des recherches pour identifier les races présentes au Canada afin de protéger les cultures des producteurs canadiens contre les épidémies de rouille. Des prélèvements ont été effectués de 2015 à 2019 au Manitoba, en Ontario, au Québec et en Saskatchewan afin de déterminer l’étendue de l’infection par la rouille noire et d’identifier les races de la maladie. De 2015 à 2019, l’infection par la rouille noire a été détectée à des niveaux extrêmement faibles (< 1 %) dans les champs d’orge et d’avoine et était absente dans les cultures de blé. Les races les plus courantes étaient MCCDC (54,5 %) et TPMKC (27,3 %) en 2015 et TMRTF (29,2 %) en 2016, tandis que la race QFCSC dominait en 2017 (52,0 %), en 2018 (88,4 %) et en 2019 (81,3 %) chez les cultures de blé et d’orge. Ces races ne présentent pas de danger pour les producteurs canadiens. La race TJS était dominante chez les cultures d’avoine de 2015 à 2018, mais sa fréquence a diminué au fil des ans, passant de 89,5 % (2015) à 73,7 % (2016), à 42,6 % (2017), à 49,1 % (2018) et à seulement 14,3 % en 2019. La race TJS est virulente sur toutes les variétés d’avoine canadiennes. Les races dominantes en 2019 étaient SGB (51,7 %) et TGN (19,6 %). (à 57 % et à 75 %, respectivement) au cours des deux années. On ne sait pas ce qui a causé ce changement, mais ces races ne sont pas virulentes sur les variétés d’avoine canadiennes résistantes. Une nouvelle race (TJQ) a été observée en 2016 près d’Emerson, au Manitoba. Bien que de nouvelles races de rouille noire hautement virulentes aient été signalées récemment en Afrique et en Sicile, aucune race qui pourrait menacer la production de blé ou d’orge n’a été détectée au Canada.

Résumé

© 2020, Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC). La rouille noire est une maladie grave qui touche l’orge, l’avoine et le blé dans le monde entier. Le principal moyen de lutte contre cette maladie est l’utilisation de gènes de résistance de l’hôte qui sont intégrés aux variétés commerciales et qui se sont révélés efficaces contre la plupart des races du Puccinia graminis Pers., l’agent pathogène responsable de la maladie. Comme ce pathogène est en mutation continue, il est essentiel d’analyser la structure de virulence des populations pour détecter de nouvelles races à virulence accrue. Des échantillons de rouille noire ont été prélevés de 2015 à 2019 au Manitoba, en Ontario, au Québec et en Saskatchewan afin de déterminer la prévalence de la rouille noire dans les champs d’orge (Hordeum vulgare L.), d’avoine ( Avena sativa L.) et de blé ( Triticum aestivum L.) et la dynamique de la virulence chez les deux populations de l’agent pathogène. La rouille noire était absente dans les champs de blé et présente à des taux d’incidence infimes (< 1 %) dans les champs d’orge et d’avoine pour toutes les années de l’étude. Les races dominantes du P. graminis f. sp. tritici étaient MCCDC (54,5 %) et TPMKC (27,3 %) en 2015 et TMRTF (29,2 %) en 2016, et la race QFCSC était dominante en 2017 (52,0 %), en 2018 (88,4 %) et en 2019 (81,3 %). La race dominante du P. graminis f. sp. avenae était TJS de 2015 à 2018. La fréquence de la race TJS a diminué au fil des ans, passant de 89,5 % (2015) à 73,7 % (2016), puis de 42,6 % (2017) à 49,1 % (2018) pour atteindre 14,3 % seulement en 2019. Les races dominantes en 2019 étaient SGB (51,7 %) et TGN (19,6 %). Une nouvelle race (TJQ) du P. graminis f. sp. avenae a été détectée en 2016 dans un site près d’Emerson, au Manitoba, qui pourrait être le résultat d’une mutation simple ayant induit l’avirulence à Pg15 de la race TJS.