Variation partitioning as a tool to distinguish between niche and neutral processes

Citation

Smith, T.W. et Lundholm, J.T. (2010). « Variation partitioning as a tool to distinguish between niche and neutral processes. », Ecography, 33(4), p. 648-655. doi : 10.1111/j.1600-0587.2009.06105.x

Résumé

Nous avons évalué le potentiel de différentes formes de partitionnement de la variation pour faire une distinction entre le contrôle environnemental et les contraintes de dispersion des communautés structurées par des combinaisons de processus neutres et de niche. Les données des simulations montrent des interactions entre les contraintes de dispersion, le contrôle environnemental et la structure spatiale de facteurs environnementaux dans les niveaux détectés des fractions de variance. L’ampleur des contraintes de dispersion contribue à la partition de la variance environnementale pure et de la variance spatiale pure. Ce résultat vient remettre en question la pratique courante qui consiste à interpréter ces formes de partitionnement comme des expressions directes de processus neutres ou de niche, respectivement. De plus, la proportion de la variation attribuée à la variation environnementale dépend non seulement de l’intensité du contrôle environnemental, mais aussi de la configuration spatiale particulière de la variable environnementale, ce qui a des répercussions importantes sur l’interprétation des études empiriques. L’utilisation de techniques d’analyse, en particulier, pour comparer les processus régissant la structure des communautés dans les différents systèmes d’étude n’est pas justifiée, puisque les résultats ne reflèteront pas uniquement les différences d’intensité des processus d’intérêt, mais aussi les effets d’une disposition spatiale unique des variables environnementales dans chaque système.

Date de publication

2010-09-01

Profils d'auteurs