Utilisation de l’imagerie RapidEye pour déterminer la variabilité intra-champ de la croissance et du rendement des cultures en Ontario, au Canada

Citation

Dong, T., Shang, J., Liu, J., Qian, B., Jing, Q., Ma, B., Huffman, T., Geng, X., Sow, A., Shi, Y., Canisius, F., Jiao, X., Kovacs, J.M., Walters, D., Cable, J., Wilson, J. (2019). Using RapidEye imagery to identify within-field variability of crop growth and yield in Ontario, Canada. Precision Agriculture, [online] 20(6), 1231-1250. http://dx.doi.org/10.1007/s11119-019-09646-w

Résumé en langage clair

La télédétection est reconnue comme un moyen rentable de détecter la variabilité spatiale et temporelle de la croissance et de la productivité des cultures. Dans la présente étude, nous avons utilisé des images multispectrales RapidEye pour délimiter des zones homogènes de sol et de développement des cultures dans deux champs de l’Ontario (Canada), l’un semé de canola et l’autre de blé de printemps. Les deux champs ont reçu des concentrations différentes d’azote durant la phase de préparation du sol avant l’ensemencement. Nous avons utilisé la texture du sol, la teneur en azote minéral et le rendement des cultures pour interpréter les résultats de la délimitation des zones. L’étude a montré que les données à haute résolution RapidEye, en particulier l’imagerie acquise aux stades de croissance maximale des cultures, ont fourni de l’information précieuse pour délimiter la variabilité à l’intérieur du champ de la croissance et du rendement des cultures. Une analyse plus poussée a montré que pour les deux cultures, les profils spatiaux des conditions de croissance des cultures variaient tout au long du cycle de croissance, révélant des effets différents des propriétés du sol et de la fertilisation azotée sur les cultures. En particulier, durant le pic de croissance, c’est l’application de N avant l’ensemencement qui a le plus d’effet sur la variabilité intra-champ et celle-ci présentait la plus forte corrélation avec le rendement des cultures. Ces résultats donnent à penser que les données satellitaires à haute résolution pourraient aider à prendre des décisions sur la fertilisation azotée optimale pour une productivité accrue des cultures.

Résumé

© 2019, Couronne. La télédétection est reconnue comme un moyen rentable de détecter la variabilité spatiale et temporelle de la croissance et de la productivité des cultures. Dans la présente étude, nous avons utilisé des images multispectrales RapidEye pour délimiter des zones homogènes du sol et du développement des cultures dans deux champs de l’Ontario, au Canada, l’un planté de canola (Brassica napus L) et l’autre de blé de printemps (Triticum aestivum L.). Les deux champs ont reçu différents traitements à l’azote (N) durant la phase de préparation du sol avant l’ensemencement. Nous avons utilisé la texture du sol, la teneur en azote minéral et le rendement des cultures pour interpréter les résultats de la délimitation des zones. L’analyse de variance (ANOVA) a révélé que les données à haute résolution RapidEye, en particulier l’imagerie acquise aux stades de croissance maximale de la culture (c.-à-d. lorsque l’indice foliaire (LAI) est élevé), ont fourni de l’information précieuse pour délimiter la variabilité intra-champ de la culture. croissance et rendement. Une analyse plus poussée a montré que pour les deux cultures, les profils spatiaux des conditions de croissance des cultures variaient tout au long du cycle de croissance, révélant des effets différents des propriétés du sol et de la fertilisation azotée sur les cultures. En particulier, durant le pic de croissance, c’est l’application de N avant l’ensemencement qui a le plus d’effet sur la variabilité intra-champ et celle-ci présentait la plus forte corrélation avec le rendement des cultures. Ces résultats donnent à penser que les données satellitaires à haute résolution (p. ex. RapidEye) pourraient aider à prendre des décisions sur la fertilisation azotée optimale pour une productivité accrue des cultures.

Date de publication

2019-12-01