Un nouveau schéma de régionalisation pour une restauration écologique efficace sur le plateau de loess en Chine

Citation

Chen, P., Shang, J., Qian, B., Jing, Q., Liu, J. (2017). A new regionalization scheme for effective ecological restoration on the loess plateau in China. Remote Sensing, [online] 9(12), http://dx.doi.org/10.3390/rs9121323

Résumé en langage clair

Le plateau de lœss, situé dans la région aride et semi-aride du nord-ouest de la Chine, a subi une grave dégradation de l’écosystème en raison des effets à long terme des activités humaines intensives. Le gouvernement chinois a lancé le programme Grain for Green pour la restauration écologique au cours des dernières décennies (années 1980 et 2001-2013). Pour prévenir les activités potentiellement inappropriées durant la restauration de la végétation, il est important d’examiner l’incidence des activités de restauration passées sur le système écologique cible afin d’éclairer les futures politiques de restauration. Dans la présente étude, nous avons proposé une méthode de régionalisation et un plan correspondant pour évaluer les effets de la restauration dans la région. Tout d’abord, nous avons utilisé des cartes de couverture terrestre pour déterminer la répartition de la végétation indigène et restaurée, et la productivité primaire nette (PPN) pour la période 2001-2013 a été calculée à partir de données satellitaires à long terme au moyen du modèle Carnegie-Ames-Stanford. La PPN dans les zones restaurées a été étudiée en tant qu'indicateur de la pertinence de la restauration, par comparaison à la PPN dans les zones de végétation indigène. À l’aide de données météorologiques, pédologiques et topographiques, nous avons conçu un plan pour régionaliser l’aptitude à la restauration, et les résultats ont été comparés à ceux d’un plan de régionalisation écogéographique existant en Chine. Les résultats ont montré que notre plan de régionalisation fonctionnait bien, ayant une exactitude de classification potentielle moyenne de 81 %. Le nouveau plan a montré une meilleure cohérence de la dynamique de la végétation que le plan de régionalisation écogéographique, ce qui dénote un meilleur potentiel pour guider la restauration de la végétation dans la région.

Résumé

© 2017 par l’auteur. Pour prévenir les activités potentiellement inappropriées durant la restauration de la végétation, il est important d’examiner l’incidence des activités de restauration passées sur le système écologique cible afin d’éclairer les futures politiques de restauration. En prenant comme exemple le plateau de loess en Chine, nous avons proposé une méthode de régionalisation et un plan correspondant pour sélectionner les types de végétation appropriés (terres boisées, prairies ligneuses/brousse, prairies ou zones xérophytiques arbustives et semi-arbustives) pour un site donné à l’aide de la télédétection afin d’analyser l’état de croissance de la végétation avant et après le plus grand projet de conservation écologique du pays : le programme Grain for Green (GTGP). Pour concevoir le plan, nous avons recueilli des données de télédétection couvrant les périodes antérieures et postérieures à la mise en œuvre du GTGP (années 1980 et 2001-2013), ainsi que des données pédologiques, météorologiques et topographiques. Les valeurs de production primaire nette (PPN) pour la période 2001-2013 ont été calculées à l’aide du modèle Carnegie-Ames-Stanford (CASA). Les emplacements représentant la végétation indigène et la végétation restaurée ont d’abord été reconnus au moyen de cartes du couvert végétal. Ensuite, pour la zone de végétation restaurée, les endroits convenant à la plantation du type de végétation couverte ont été choisis en comparant la valeur de la PPN du type de végétation correspondant dans la zone de végétation indigène à la valeur de la PPN du site à l’étude. Puis, la moitié de ces sites ont été sélectionnés de manière uniforme en fonction de leur valeur de PPN, et ces zones ainsi que la zone de végétation indigène ont été utilisées comme régions d’entraînement. En nous fondant sur les données météorologiques, pédologiques et topographiques, nous avons conçu un nouveau plan de régionalisation basé sur les distances euclidiennes normalisées. Enfin, les données du reste du plateau de lœss ont servi à valider le nouveau plan de régionalisation, qui a également été comparé à un plan de régionalisation écogéographique existant en Chine. Les résultats ont montré que le nouveau plan de régionalisation fonctionnait bien, ayant une exactitude de classification potentielle moyenne de 81,81 %. Comparativement au plan de régionalisation écogéographique, le nouveau plan a amélioré la cohérence de la dynamique de la végétation, ce qui reflète la possibilité de mieux orienter les activités de restauration de la végétation sur le plateau de lœss.

Date de publication

2017-12-01

Profils d'auteurs