Simulation de l’évapotranspiration réelle provenant des paysages agricoles dans les Prairies canadiennes

Citation

Martel, M., Glenn, A., Wilson, H., Kröbel, R. (2018). Simulation of actual evapotranspiration from agricultural landscapes in the Canadian Prairies, 15 105-118. http://dx.doi.org/10.1016/j.ejrh.2017.11.010

Résumé en langage clair

Lors du calcul de l’évapotranspiration réelle des cultures, les équations de Makkink et de Turc, plus simples, ont donné de meilleurs résultats pour les conditions canadiennes que l’équation de Penman-Monteith, plus complexe et recommandée à l’échelle internationale.

Résumé

© 2017. Région de l’étude : Cette étude a été réalisée dans le sud ouest du Manitoba, dans la région des Prairies canadiennes. Objet de l’étude : Des modèles mathématiques sont couramment utilisés pour estimer l’évapotranspiration (ET) lorsque les mesures font défaut. Cette étude a été menée dans le but de sélectionner les modèles les plus pertinents pour l’estimation de l’ET dans les Prairies canadiennes. Huit modèles d’évapotranspiration de référence (les modèles de Penman Monteith, de Priestley Taylor, de Makkink, de Turc, de Maulé et al., de Blaney Criddle, de Hargreaves Samani et de Hamon) ont été évalués. Cette étude a également permis d’évaluer l’applicabilité et la transférabilité des coefficients culturaux basés sur les degrés jours de croissance (DJC) pour estimer l’ET des cultures dans les Prairies canadiennes. Nouvelles connaissances hydrologiques : L’équation élaborée par Maulé et al. (2006) s’est avérée être la meilleure option pour l’ET de référence comparativement à l’équation de Penman Monteith, avec une erreur relative moyenne de 11 %. Toutefois, lorsque les modèles ont été validés par rapport à l’ET mesurée des cultures, les modèles de Turc et de Makkink, plus simples et basés sur le rayonnement, se sont avérés les plus utiles, avec des erreurs relatives moyennes quotidiennes allant de 16 % à 49 %, surpassant le modèle de Penman Monteith largement accepté. Nous avons constaté que des divergences dans les coefficients culturaux basés sur les DJC contribuent également aux erreurs; cependant, les résultats montrent la transférabilité potentielle des coefficients basés sur les DJC dans différents endroits et conditions climatiques.

Date de publication

2018-02-01