Salmonella enterica sérovar Typhimurium module temporairement le microbiote entérique et les réponses de l’hôte pour vaincre la résistance à la colonisation chez le porc

Citation

Bescucci, D.M., Moote, P.E., Polo, R.O., Uwiera, R.R.E., Inglis, G.D. (2020). Salmonella enterica Serovar Typhimurium Temporally Modulates the Enteric Microbiota and Host Responses To Overcome Colonization Resistance in Swine, 86(21), http://dx.doi.org/10.1128/AEM.01569-20

Résumé en langage clair

On en connaît peu sur les réponses de l’hôte et du microbiote entérique à Salmonella enterica Typhimurium chez le porc, et sur les mécanismes possibles par lesquels la bactérie réussit à vaincre la résistance à la colonisation de l’hôte pour provoquer la salmonellose. La caractérisation temporelle de différents paramètres de l’hôte chez les porcelets (ex. physiologiques, histopathologiques et immunologiques) a montré l’importance d’étudier l’évolution de la salmonellose. Un certain nombre de réponses de l’hôte intégralement associées au développement de la maladie ont été identifiées. L’analyse des séquences de nouvelle génération n’a pas la résolution voulue pour caractériser le microbiote entérique, mais la combinaison de méthodes dépendantes et indépendantes de la culture a permis d’identifier des changements spécifiques aux taxons et à l’emplacement des communautés bactériennes chez les porcelets infectés. L’étude a permis d’identifier les bactéries et les réponses de l’hôte associées à la salmonellose, ce qui aidera à comprendre la résistance à la colonisation et à élaborer des solutions efficaces pour lutter contre la salmonellose sans avoir recours aux antibiotiques.

Résumé

Salmonella enterica sérovar Typhimurium est un incitateur fréquent à l’entérite chez l’humain et l’animal. Certains pensent que les réponses de défense de l’hôte incitées par Salmonella permettent à la bactérie de vaincre la résistance à la colonisation. Des porcelets (n = 24) ont été inoculés par voie orale avec S. enterica Typhimurium DT104 ou du tampon seul, et les réponses de l’hôte et de la bactérie ont été examinées aux phases aiguë (2 jours après l’inoculation [dpi]), subaiguë (6 dpi) et de récupération (10 dpi) de la salmonellose. Dans la phase aiguë de la maladie, la température corporelle était élevée, et la consommation d’aliments et la prise de poids étaient réduites. La densité des Salmonella associées à la muqueuse intestinale a diminué au fil du temps, les densités les plus élevées se trouvant dans l’iléon et le gros intestin. De plus, d’importantes modifications histopathologiques ont été observées au fil du temps, dont une lésion épithéliale importante et une infiltration de neutrophiles à 2 dpi. De même, divers paramètres de l’hôte ont été touchés dans le temps chez les porcelets atteints de salmonellose (ex. TNFα, IFNγ, PR39, βD2, iNOS, IL8, REGIIIγ). Le microbiote entérique a été caractérisé au moyen de méthodes dépendantes et indépendantes de la culture utilisées en parallèle, et des modifications du microbiote spécifiques aux taxons et à leur emplacement ont été constatées chez les porcelets infectés. Les Bacteroides spp. (ex. B. uniformis, B. fragilis), les Streptococcus spp. (ex. S. gallolyticus) et différentes gammaprotéobactéries étaient fortement associées aux tissus enflammés, tandis que les bactéries des familles Ruminococcaceae et Veillonellaceae étaient principalement associées aux muqueuses saines. En conclusion, les résultats ont montré que S. Typhimurium incitait à des modifications temporelles et spatiales du microbiote autochtone des porcs, de même qu’à des réactions de défense de l’hôte, qui correspondaient avec le fait de vaincre la résistance à la colonisation pour inciter à la salmonellose chez les porcs.

Date de publication

2020-01-01