Responses of fruit yield and quality of processing tomato to drip-irrigation and fertilizers phosphorus and potassium

Citation

Liu, K., Tan, C.S., Zhang, T.Q., et Astatkie, T. (2011). « Responses of Fruit Yield and Quality of Processing Tomato to Drip-Irrigation and Fertilizers Phosphorus and Potassium. », Agronomy Journal, 103(5), p. 1339-1345. doi : 10.2134/agronj2011.0111

Résumé

La gestion de l’eau et des nutriments est essentielle pour l’obtention d’un rendement élevé et des attributs de qualité voulus dans les cultures de tomate (Lycopersicon esculentum Mill.) de transformation. Nous avons réalisé une étude au champ d’une durée de quatre ans (2006–2009) afin d’évaluer les effets de différents traitements de gestion de l’eau (irrigation au goutte-à-goutte ou absence d’irrigation), de fertilisation phosphatée (0, 30, 60 et 90 kg P ha⁻¹) et de fertilisation potassique (0, 200, 400 et 600 kg K ha⁻¹) sur les rendements de cultures de tomate de transformation recevant une dose optimale d’azote de 270 kg N ha⁻¹ et sur la qualité des tomates ainsi obtenues. Par rapport à l’absence d’irrigation, l’irrigation au goutte-à-goutte a entraîné une augmentation de 127 % du rendement en fruits commercialisables, de 66 % du rendement fruitier total et de 32 % de la taille des fruits, de même qu’une diminution de 19 % de leur teneur en solides solubles (TSS) et de 8 % de leur teneur en lycopène. Aucun effet n’a été noté sur la biomasse sèche des tiges et des feuilles. L’ajout de phosphore n’a pas eu d’incidence sur le rendement commercialisable et la TSS, mais a fait augmenter la biomasse sèche des tiges et des feuilles et la teneur en lycopène des fruits, les valeurs maximales ayant été enregistrées à une dose de 60 kg P ha⁻¹. Le taux de fertilisation potassique a eu une incidence sur toutes les variables examinées, sauf la teneur en lycopène. En faisant passer le taux de fertilisation potassique de 0 à 200 kg K ha⁻¹, nous avons observé une augmentation de 10 % du rendement en fruits commercialisables et une augmentation de 9 % du rendement fruitier total, mais la taille des fruits a diminué de 3 %. Toutefois, en faisant passer le taux de fertilisation potassique de 200 à 600 kg K ha⁻¹, nous n’avons observé aucun effet sur le rendement de la culture et la taille des fruits. Le taux de fertilisation potassique n’a pas eu d’incidence sur la TSS dans les cultures non irriguées, mais a entraîné une augmentation linéaire de la TSS dans les cultures irriguées au goutte-à-goutte. Selon nos résultats, l’application d’engrais potassique, combinée à un apport optimal d’engrais azoté, est nécessaire pour accroître le rendement des cultures de tomate de transformation irriguées au goutte-à-goutte et la qualité des tomates ainsi récoltées.