Répercussions possibles de l’espèce indigène de Conura albifrons hyperparasitoïde (Hymenoptera : Chalcidoidea) sur l’espèce exotique Diadromus pulchellus (Hymenoptera : Ichneumonidae) servant de biopesticide .

Citation

Miall, J.H., Abram, P.K., Cappuccino, N., Mason, P.G. (2014). Potential impact of the native hyperparasitoid Conura albifrons (Hymenoptera: Chalcididae) on the exotic biological control agent Diadromus pulchellus (Hymenoptera: Ichneumonidae), 24(6), 611-624. http://dx.doi.org/10.1080/09583157.2014.883361

Résumé en langage clair

L’étude a examiné les incidences nuisibles potentielles d’un parasite généraliste indigène sur l’établissement d’un biopesticide introduit pour lutter contre la teigne du poireau non indigène envahissante. Les résultats laissent entendre que le parasite généraliste indigène attaquera aussi bien le biopesticide introduit que la teigne du poireau, ce qui pourrait avoir une incidence nuisible sur la capacité du biopesticide à proliférer et retarder la réduction des populations de teigne du poireau.

Résumé

Des larves du parasitoïde solitaire Diadromus pulchellus ont été disséminées en 2010 comme biopesticide classique pour lutter contre la teigne du poireau, l’Acrolepiopsis assectella, un nouveau ravageur répandu dans les cultures d’oignons, Allium spp., dans l’est de l’Amérique du Nord. La surveillance après dissémination au moyen de pupes de teigne du poireau sentinelles a révélé que les hyperparasites Conura albifrons facultatifs attaquent la teigne du poireau et peut-être Diadromus pulchellus. Nous avons utilisé les essais en laboratoire avec choix et sans choix pour évaluer les répercussions possibles de Conura albifrons sur la teigne du poireau et sur Diadromus pulchellus. Conura albifrons peut se développer dans des pupes de teigne de poireau nouvellement formées et dans des pupes de teigne de poireau contenant D. pulchellus au premier stade larvaire, ainsi que dans des pupes de D. pulchellus complètement développées. Le taux de survie de la teigne du poireau et de D. pulchellus exposés à C. albifrons était nettement plus bas que le taux de survie des contrôles non exposés. Dans les essais avec choix, l’expérience de l’hôte précédant a grandement influé sur le choix de l’hôte par C. albifrons. Ces résultats laissent entendre que C. albifrons pourrait empêcher D. pulchellus de s’établir.