Rendre l’agriculture plus durable en aidant les agriculteurs à prendre leurs propres décisions plutôt qu’en leur disant quoi faire

Citation

Kröbel, R., Stephens, E.C., Gorzelak, M.A., Thivierge, M.N., Akhter, F., Nyiraneza, J., Singer, S.D., Geddes, C.M., Glenn, A.J., Devillers, N., Alemu, A.W., St. Luce, M., Giardetti, D. (2021). Making farming more sustainable by helping farmers to decide rather than telling them what to do. Environmental Research Letters, [online] 16(5), http://dx.doi.org/10.1088/1748-9326/abef30

Résumé en langage clair

Nous décrivons la façon dont les scientifiques de la fonction publique canadienne tentent de s’assurer que la production agricole au Canada reste à la fois compétitive et durable. En commençant par un aperçu de ce qui a été réalisé dans le passé, nous détaillons les différentes catégories de répercussions de l’agriculture sur l’environnement dans le contexte actuel, et donnons des exemples d’actions qui ont permis de remédier dans une certaine mesure à certaines de ces répercussions. Nous terminons en présentant les mécanismes de sensibilisation et de transfert de technologie généralement utilisés par les scientifiques de la fonction publique pour tenter d’influencer la communauté agricole et le grand public.

Résumé

Au Canada, le secteur agricole occupe depuis longtemps une place prépondérante sur les plans économique, social et culturel. Des preuves existent de la pratique d’une pêche et d’une agriculture intensives dès l’époque des premiers établissements humains, et les activités de pêche et agricoles représentent aujourd’hui une production de plus de 100 milliards de dollars et un effectif de 2,3 millions d’employés. Depuis plusieurs décennies, la croissance régulière de la production agricole dans le pays, soutenue par des investissements importants dans la science agricole publique, a permis d’offrir une variété accrue de produits alimentaires et agricoles à l’intérieur du pays, de réaliser des exportations substantielles et d’intégrer profondément le secteur agricole canadien aux marchés mondiaux. Les responsables des politiques et les agronomes de la fonction publique canadienne se préoccupent de plus en plus de la gestion des externalités environnementales associées à la production agricole afin d’atteindre l’objectif d’une intensification durable du secteur, tout en assurant pour l’avenir une croissance continue de la productivité agricole. Le processus de détermination des meilleurs outils et des meilleures pratiques pour améliorer la durabilité du secteur agricole au Canada a toutefois évolué au fil du temps en raison de l’évolution des priorités de la recherche et des changements dynamiques associés aux problèmes auxquels le secteur est confronté. Dans cet article, nous examinons les initiatives de recherche en sciences agricoles appliquées et directes aux agriculteurs qui se concentrent sur la détermination et la mise en œuvre des meilleures pratiques de gestion environnementales au niveau de l’exploitation. Nous croyons que la participation directe des agriculteurs dans la recherche et la communication des résultats scientifiques permet une meilleure compréhension des externalités agroenvironnementales. Elle permet également aux agriculteurs de trouver un plus grand potentiel d’adoption dans leur système agricole spécifique, combinant ainsi la durabilité environnementale et la viabilité économique. Nous établissons l’historique de l’engagement de la science agricole publique auprès des agriculteurs canadiens pour résoudre les problèmes économiques et environnementaux du secteur. Nous donnons ensuite des exemples de projets du secteur public réussis fondés sur la recherche appliquée en sciences agricoles qui favorisent une collaboration efficace entre les agriculteurs et les scientifiques, ce qui permet d’améliorer la durabilité de l’agriculture au Canada.