Rendement fruitier du bleuet nain et effets sur la croissance d’une fertilisation azotée inorganique et organique en situation de concurrence avec deux espèces communes de mauvaises herbes

Citation

Marty, C., Lévesque, J.A., Bradley, R.L., Lafond, J., Paré, M.C. (2019). Lowbush blueberry fruit yield and growth response to inorganic and organic Nfertilization when competing with two common weed species, 14(12), http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0226619

Résumé en langage clair

Les fertilisants minéraux azotés sont employés dans les bleuetières commerciales mais leurs utilisations peuvent également favoriser la croissance de certaines mauvaises herbes présentes, réduisant ainsi les bénéfices de la fertilisation. Nous avons émis l'hypothèse que le compost de bois raméal fragmenté (BRF) pourrait être un engrais organique alternatif efficace pour les plants de bleuets lorsque les mauvaises herbes sont présentes, car les éricacées comme le bleuet sont généralement plus efficaces à utiliser l’azote sous la forme organique que les espèces de mauvaises herbes herbacées. Dans cette étude, nous avons mesuré la croissance et le rendement en fruits du bleuet nain (Vaccinium angustifolium Ait.) à la suite d’une application au printemps de 45 kg ha-1 sous forme d’azote organique (compost de BRF) ou inorganique (engrais minéral: sulfate d'ammonium) dans deux zones d'un champ infesté par la danthonie à épi (Danthonia spicata (L.) Beauv.) ou par la comptonie voyageuse (Comptonia peregrina (L.) Coult.). Contrairement à notre hypothèse, nous n'avons trouvé aucune augmentation significative du rendement en fruits ou de la croissance des plants de bleuet à la suite de l’application du compost de BRF. En revanche, la fertilisation en azote inorganique a augmenté le rendement en fruits de 70% comparativement au traitement non fertilisé. Le rendement en fruits était en moyenne deux fois plus élevé dans la zone du champ infesté par la danthonie que par la comptonie, suggérant une concurrence plus forte entre le plant de bleuet et cette dernière. L'augmentation de la densité de la danthonie a réduit la production de fruits par trois et a fortement affecté la croissance végétative dans les parcelles fertilisées et non fertilisées. L'impact de l'augmentation de la densité de comptonie était plus faible sur la croissance végétative comparativement à celle de la danthonie. Ces tendances sont probablement dues à une compétition moindre pour l'absorption de l’azote provenant des engrais par la comptonie car cette espèce peut utiliser l’azote provenant de l'atmosphère contrairement au plant de bleuet. Dans l'ensemble, nos résultats montrent que les engrais minéraux azotés est très efficace pour augmenter les rendements en fruits. La présence de la danthonie dans le champs diminue les rendements en fruits tandis que celle de la comptonie est moins problématique. Bien que le compost de BRF n'ait pas amélioré de manière significative les rendements en fruits à court terme, cet engrais pourrait avoir un effet bénéfique à long terme.

Résumé

© Marty et al., 2019. Il s’agit d’un article à accès libre publié conformément aux modalités de la licence d’attribution de Creative Commons, qui autorise l’utilisation, la distribution et la reproduction non restreintes dans tout média, à condition de citer adéquatement l’auteur et les travaux originaux. Les engrais azotés inorganiques sont couramment utilisés dans les bleuetières commerciales. Cette forme d’azote peut toutefois stimuler la croissance des mauvaises herbes, ce qui peut, en fin de compte, réduire les avantages liés à la fertilisation. Nous avons émis l’hypothèse que le compost de bois raméal fragmenté (BRF) pouvait constituer un engrais organique de remplacement efficace pour les bleuetiers en présence de mauvaises herbes, étant donné que les arbustes de la famille des Éricacées utilisent généralement l’azote organique de manière plus efficace que les herbacées adventices. Dans le cadre de cette étude, nous avons mesuré la croissance, le rendement fruitier et l’azote foliaire chez le bleuet nain (Vaccinium angustifolium Aiton) à la suite de l’application de 45 kg N ha-1 sous forme d’azote organique (BRF) ou d’azote inorganique (sulfate d’ammonium) dans deux zones d’un champ commercial colonisées par le danthonie à épi (Danthonia spicata (L.) Beauv.) ou la comptonie voyageuse (Comptonia peregrina (L.) Coult.). Nous avons également évalué l’effet des traitements fertilisants sur le taux de décomposition de la litière. Contrairement à notre hypothèse de départ, nous n’avons constaté aucune augmentation significative du rendement fruitier ou de la croissance à la suite de l’application de BRF. En revanche, l’application d’engrais azoté inorganique a entraîné une augmentation du rendement fruitier de 70 %. L’effet était plus marqué dans la zone colonisée par le D. spicata (+83 %) que dans la zone colonisée par le C. peregrina (+45 %). Le rendement fruitier était généralement deux fois plus élevé dans la zone colonisée par le D. spicata que dans la zone colonisée par le C. peregrina, ce qui donne à penser que la compétition était plus forte avec cette dernière espèce. Cependant, l’augmentation de la densité de D. spicata, de 0-1 à > 25 plantes m-2, a réduit au tiers la production fruitière et a fortement affecté la croissance végétative, tant dans les parcelles fertilisées que dans les parcelles non fertilisées. En comparaison, l’effet de l’augmentation de la densité de C. peregrina a été beaucoup plus faible, particulièrement sur le plan de la croissance végétative, qui a été beaucoup plus importante dans la zone colonisée par cette espèce. Ces résultats découlent probablement de la compétition plus faible avec le C. peregrina pour l’absorption de l’azote, puisque cette espèce peut dériver l’azote dont elle a besoin de l’atmosphère. Il est intéressant de noter que le rendement fruitier élevé dans la zone colonisée par le D. spicata s’observait même dans les parcelles où la mauvaise herbe était presque absente (densité de 0-1 plante m 2), ce qui révèle l’incidence de variables non déterminées sur le rendement fruitier. Nous avons supposé que cette différence découlait de concentrations suroptimales d’azote foliaire dans la zone colonisée par le C. peregrina, comme l’indiquaient les concentrations d’azote foliaire nettement plus élevées et la corrélation négative existant entre les concentrations d’azote foliaire et les rendements fruitiers dans cette zone. L’étude aborde les effets positifs possibles de la présence de C. peregrina sur la floraison et la pollinisation ainsi que l’incidence de conditions locales non déterminées. Les traitements azotés mis à l’essai n’ont pas eu d’effet sur les concentrations d’azote foliaire ou le taux de décomposition de la litière. Dans l’ensemble, nos résultats montrent que le sulfate d’ammonium est très efficace pour augmenter le rendement fruitier, mais que le rendement fruitier et l’efficacité des traitements azotés diminuent avec l’augmentation de la densité de D. spicata, surtout lorsque cette densité est supérieure à 25 plantes m 2. Le BRF n’a pas amélioré le rendement fruitier de manière significative à court terme, mais cet engrais pourrait avoir un effet bénéfique à long terme.

Date de publication

2019-12-01

Profils d'auteurs