The relationship between antioxidants and postharvest storage quality of fruits and vegetables

Citation

Hodges, D.M. et DeLong, J.M. (2007). « The relationship between antioxidants and postharvest storage quality of fruits and vegetables. », Stewart Postharvest Review, 3(3), p. 12.1-12.9. doi : 10.2212/spr.2007.3.12

Résumé

Objet : Nous présentons ici un aperçu global des relations entre divers antioxydants enzymatiques et non enzymatiques et la qualité des produits horticoles au cours de l'entreposage. Constatations : Le rôle de la sénescence liée à l'oxydation dans la perte de qualité des produits horticoles après la récolte est bien connu. Le recours à des conditions d'entreposage déterminées (basse température, atmosphère contrôlée) permet de ralentir considérablement la sénescence et de réduire le stress oxydatif cellulaire. Le rôle des molécules et des systèmes enzymatiques antioxydants dans le maintien de la qualité des fruits et des légumes après la récolte n'est pas clair : certaines études révèlent des avantages sur le plan de la qualité dans le cas de titres cellulaires élevés d'antioxydants et d'autres non. La perte de qualité attribuable à la sénescence accélérée après la récolte n'est pas toujours associée à la diminution de la concentration ou de l'activité des antioxydants des produits récoltés, et la perte de capacité d'oxydation n'est pas toujours liée à la progression de la sénescence. Il arrive souvent que les chercheurs examinent la teneur en antioxydants des produits récoltés sans tenir compte de la compartimentalisation de ces substances. Or, on sait que les différents organites d'une plante ont une capacité différente de se défendre contre la sénescence liée à l'oxydation. Il semble que l'interaction entre les systèmes d'antioxydation et les phénomènes oxydants influe sur l'état d'oxydoréduction des cellules, lequel a un effet important sur de nombreuses phases de la croissance et du développement de la plante, de même que sur la sénescence et la mort cellulaire programmée. Des études récentes ont aussi révélé que les molécules antioxydantes interviennent également dans la transmission des signaux cellulaires, un rôle qui va au-delà de l'antioxydation. Limites : Bien que le maintien de la qualité des produits agricoles après la récolte ne soit pas uniquement lié à la capacité d'oxydation, au niveau cellulaire, le maintien de cette qualité repose sur la présence de molécules et de systèmes enzymatiques d'antioxydation. Nos connaissances actuelles sont limitées sur les multiples fonctions des antioxydants dans le cadre de l'état d'oxydoréduction de la cellule et de la transmission des signaux cellulaires. Peu d'études ont porté sur la concentration des antioxydants et l'activité des systèmes enzymatiques d'antioxydation dans les différentes conditions d'entreposage (c'est-à-dire en fonction de différentes combinaisons de température, d'atmosphère et de durée d'entreposage) utilisées pour les produits agricoles majeurs. Orientation future de la recherche : Pour pouvoir déterminer comment la capacité globale d'antioxydation influe sur la qualité des produits agricoles après la récolte, nous devons étudier la concentration et l'activité des antioxydants ainsi que l'activité des systèmes enzymatiques d'antioxydation dans les conditions d'entreposages employées à l'heure actuelle pour les fruits et les légumes d'importance. L'utilisation continue d'outils moléculaires, dont les espèces génétiquement modifiées (p. ex., Arabidopsis), peut nous aider à mieux comprendre comment des antioxydants précis influent sur la biochimie de la croissance, du développement et de la sénescence, et ce, directement ou indirectement par l'intermédiaire de leur effet sur d'autres antioxydants ou par leur impact sur l'état global d'oxydoréduction. En effet, une connaissance approfondie de la chimie cellulaire des antioxydants pourrait permettre de déterminer les conditions d'entreposage idéales pour influer sur les phénomènes d'antioxydation.

Date de publication

2007-06-01