Régulation par le régime alimentaire de la réponse inflammatoire dans la stéatose hépatique non alcoolique

Citation

Sid V, Shang Y, Siow YL, and O K (2017) Dietary Regulation of inflammatory response in Non-alcoholic fatty liver disease. Canadian Cardiovascular Congress, October 21-24, Vancouver, Canada, Canadian Journal of Cardiology 33(10) Suppl: S27-28

Résumé

Contexte : La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) couvre un large spectre de troubles du foie qui varie de la stéatose à la stéatohépatite non alcoolique, en passant par la cirrhose et le carcinome hépatocelluaire. La manifestation de la NAFLD coexiste souvent avec des anomalies liées aux troubles du métabolisme, notamment le diabète, l’obésité, l’hyperlipidémie et l’hypertension. L’inflammation hépatique chronique est une caractéristique pathologique importante de la NAFLD qui contribue à l’inflammation systémique de faible intensité qui, à son tour, accroît le risque cardiovasculaire. La principale cause de mortalité chez les personnes atteintes d’une NAFLD est la coronaropathie. À l’heure actuelle, aucun agent pharmacologique n’a été approuvé pour le traitement curatif de la NAFLD. L’ajout de vitamines à l’alimentation est important pour le maintien de la santé; il s’agirait même d’une stratégie bénéfique pour la prise en charge de la maladie. L’acide folique est une vitamine B hydrosoluble qui a démontré des effets hypolipémiants et antioxydants. L’objectif de notre étude était d’examiner les effets de la supplémentation en acide folique sur l’inflammation hépatique et de déterminer les mécanismes sous-jacents.Méthodes/résultats : Nous avons donné à des souris mâles C57Bl/6J une ration témoin (10 % des kcal dans les lipides), une ration hyperlipidique (60 % des kcal dans les lipides) ou une ration hyperlipidique enrichie d’acide folique (26 mg/kg de ration) pendant cinq à huit semaines. La ration hyperlipidique a entraîné un gain pondéral significatif de même qu’une agrégation accrue des foyers d’inflammation et des vacuoles lipidiques dans le foie. Nous avons examiné l’accumulation des lipides hépatiques et l’agrégation des cellules inflammatoires à l’aide d’une coloration à l’hématoxyline et à l’éosine dans les tissus hépatiques.L’ajout d’acide folique a réduit le nombre de foyers d’inflammation et de vacuoles lipidiques dans le foie, une observation corrélée à l’expression réduite de cytokines proinflammatoires médiées par l’atténuation de l’activité du facteur nucléaire ?B (NF-?B), un régulateur essentiel de la transcription des gènes inflammatoires. L’ajout d’acide folique n’a pas modifié le poids corporel des souris ayant reçu la ration hyperlipidique.Conclusions : Nos résultats montrent que l’ajout d’acide folique peut atténuer la réponse inflammatoire hépatique induite par une alimentation riche en lipides. Les effets antiinflammatoires de l’acide folique semblent indiquer que la supplémentation de cette vitamine peut avoir des incidences thérapeutiques sur la prise en charge de la NAFLD et la diminution du risque cardiovasculaire associé aux troubles métaboliques.

Date de publication

2017-10-21

Profils d'auteurs