Persistance du norovirus murin, du rotavirus bovin et du virus de l’hépatite A sur les surfaces en acier inoxydable, dans l’eau de source et sur les bleuets

Citation

Leblanc, D., Gagné, M.J., Poitras, É., Brassard, J. (2019). Persistence of murine norovirus, bovine rotavirus, and hepatitis A virus on stainless steel surfaces, in spring water, and on blueberries. Food Microbiology, [online] 84 http://dx.doi.org/10.1016/j.fm.2019.103257

Résumé en langage clair

Les virus entériques comme les norovirus, le virus de l’hépatite A et les rotavirus sont responsables de la grande majorité des maladies d’origine alimentaire dans le monde. Il est généralement difficile de comparer les études disponibles sur la persistance et la survie, car seuls certains paramètres et modèles viraux sont testés à la fois. La présente étude visait à évaluer en parallèle trois virus modèles, trois matrices et trois températures dans les mêmes conditions. Nous avons évalué la viabilité du norovirus murin (MNV-1), du rotavirus bovin (boRV) et du virus de l’hépatite A (VHA) à 21 °C, à 4 °C et à -20 °C sur des surfaces en acier inoxydable, dans de l’eau en bouteille et sur des bleuets pendant 21 jours. Après 14 jours d’incubation à 21 °C sur de l’acier inoxydable, nous avons observé une perte de viabilité significative pour le MNV-1 et le boRV, mais nous n’avons constaté qu’une légère perte de viabilité pour le VHA. En général, les trois virus ont très bien survécu dans l’eau aux trois températures testées, et ce, pendant les 21 jours de l’étude. Les virus ont également conservé leur infectivité sur les bleuets à 4 °C et à -20 °C; toutefois, nous avons constaté une perte de viabilité pour les virus MNV-1 et boRV après 7 jours d’incubation à 21 °C sur les bleuets. Bien qu’il s’agisse de trois virus entériques d’origine alimentaire, leur persistance varie en fonction de la température et de la nature de la matrice. Par conséquent, il est important d’utiliser plus d’un modèle viral lors de l’application de traitements d’inactivation ou de la mise en œuvre de mesures de lutte.

Résumé

© 2019. Nous avons évalué la viabilité du norovirus murin (MNV-1), du rotavirus bovin (boRV) et du virus de l’hépatite A (VHA) à 21 °C, à 4 °C et à -20 °C sur des surfaces en acier inoxydable, dans de l’eau en bouteille et sur des bleuets pendant 21 jours. Après 14 jours d’incubation à 21 °C sur de l’acier inoxydable, nous avons observé une perte de viabilité supérieure à 4 log pour le MNV-1, une perte de viabilité supérieure à 8 log pour le boRV et une perte de viabilité supérieure à 1 log pour le VHA. Des pertes ont été constatées pour le MNV-1 (plus de 1 log) et le VHA (plus de 2 log) après 21 jours d’incubation dans l’eau à 21 °C. Aucune perte significative n’a été détectée pour le MNV-1 et le VHA à 4 °C et à -20 °C ni pour le boRV à 21 °C, à 4 °C et à -20 °C. Après incubation à 4 °C et à -20 °C sur des bleuets, les virus ont tous conservé leur infectivité. Après 7 jours d’incubation à 21 °C, nous avons observé une perte supérieure à 2 log pour le boRV et une perte équivalente à 3 log pour le MNV-1; aucune perte n’a été constatée pour le VHA. Après le prétraitement par la RNase, la détection de l’ARN extrait des échantillons infectieux et non infectieux semblait indiquer que l’ARN était protégé à l’intérieur de la capside. Même si ce sont tous des virus entériques, leur persistance variait selon la température et la nature du produit. Il est donc important d’utiliser plus d’un substitut viral lors de l’application de traitements d’inactivation ou de la mise en œuvre de mesures de lutte.

Date de publication

2019-12-01

Profils d'auteurs