Lutte contre les charançons des siliques (coléoptères : Curculionidae) chez le canola (brassicacées) – les lygus (hémiptères : Miridae) sont-ils touchés

Citation

Cárcamo, H.A., Meers, S.B., Herle, C.E. (2019). Managing cabbage seedpod weevils (coleoptera: Curculionidae) in canola (brassicaceae)-are lygus (hemiptera: Miridae) affected, 151(1), 85-93. http://dx.doi.org/10.4039/tce.2018.57

Résumé en langage clair

Les charançons des siliques et les punaises du genre Lygus sont deux insectes nuisibles courants qui attaquent le canola. Les dommages économiques se produisent lorsque les plantes sont au stade de la silique et que les insectes mangent les graines. À l’heure actuelle, seuls les insecticides constituent la principale stratégie de lutte, et les producteurs pulvérisent la culture au début de la floraison pour réduire le nombre de charançons avant qu’ils ne pondent leurs œufs à l’intérieur des siliques. On ignore si cette seule pulvérisation permet de lutter contre les punaises du genre Lygus. Notre étude a montré que les deux insectes ravageurs ne sont pas en nombre élevé dans le même champ. Les champs ensemencés hâtivement comptent plus de charançons, mais moins de Lygus, à l’inverse des champs ensemencés tardivement. Ainsi, la pulvérisation contre les charançons au stade de la floraison réduira également le nombre de Lygus au stade des siliques, mais l’abondance des punaises du genre Lygus dans les champs traitées contre les charançons est généralement très faible. En d’autres termes, les champs où le nombre de charançons est élevé ont tendance à avoir peu de Lygus et ne justifient pas une suppression au stade des siliques, même si aucun insecticide n’est pulvérisé au stade de la floraison. En conclusion, il faut surveiller l’abondance des Lygus dans les champs de canola à la fin de la floraison et prendre une décision quant à la nécessité de pulvériser à ce moment-là. Dans le cas des charançons, il faut surveiller les champs de canola dès le début de la floraison.

Résumé

© 2018 Sa Majesté la Reine du chef du Canada. Le charançon des siliques (Ceutorhynchus obstrictus Marsham; Coleoptera: Curculionidae) et le Lygus Hahn (Hemiptera: Miridae) font partie d'un complexe d’insectes ravageurs de fin de saison du canola (Brassica Linnaeus; Brassicacées) dans le sud des Prairies du Canada. De 2010 à 2013, nous avons étudié de grandes bandes dans 73 champs commerciaux du sud de l’Alberta afin de valider les seuils d’intervention contre le charançon des siliques et d’évaluer l’effet de la pulvérisation d’insecticide au début de la floraison contre le charançon des siliques sur l’abondance des Lygus au stade de la silique. Seuls dans les champs ensemencés en avril, on a observé une accumulation de populations nuisibles de charançons des siliques, de sorte que l’application d’un insecticide a permis d’obtenir une protection significative du rendement. Du point de vue économique, les dommages causés par le charançon des siliques ont été calculés à raison de 20 charançons des siliques pour 10 balayages, mais un seuil d’intervention de 25 à 40 est recommandé, car l’échantillonnage est principalement effectué le long de la lisière où les charançons des siliques se concentrent au début. Au stade de la silique, le nombre de Lygus était plus faible dans les bandes traitées avec un insecticide au début de la floraison que dans celles qui n’avaient pas été traitées, mais les différences n’étaient pas statistiquement significatives. De plus, dans les champs ensemencés hâtivement, les quantités de Lygus étaient généralement inférieures aux niveaux préjudiciables du point de vue économique. Par conséquent, il n’y a aucun avantage à pulvériser les champs ensemencés hâtivement pour tenter de prévenir les éclosions de larves de Lygus lorsque le nombre de charançons est inférieur au seuil d'intervention, car il se peut que les Lygus ne présentent un risque que dans les champs semés plus tard dans la saison.

Date de publication

2019-02-01

Profils d'auteurs