Les sols regosoliques du Canada: genèse, repartition et classification.

Citation

VandenBygaart, A.J. (2011). « Les sols regosoliques du Canada: genèse, repartition et classification. », Canadian Journal of Soil Science, 91(5), p. 881-887. doi : 10.4141/CJSS10021

Résumé

Dans le Système canadien de classification des sols, les régosols sont des sols peu développés, sans horizon B identifiable d’au moins 5 cm d’épaisseur. Les régosols ont néanmoins la capacité de supporter la vie végétale et marquent donc la frontière entre le royaume pédologique et le royaume géologique. Au Canada, on les trouve couramment là où des processus géomorphologiques ou anthropiques récents ont exposé le matériau originel aux forces climatologiques, mais ils peuvent aussi se retrouver aux endroits où le matériau originel résiste extrêmement bien à l’atmosphérisation ou aux endroits soumis à un climat aride et froid. La stabilisation du matériau originel, le plus souvent par la végétation, est un stade crucial de leur développement, le cycle du carbone des plantes déposant de la matière organique en surface, comme cela se produit souvent dans la genèse de nombreux sols. Les régosols se rencontrent un peu partout au Canada, mais couvrent de vastes superficies dans le sud du Québec, le sud du Manitoba, les Rocheuses et l’Arctique. Leur classification et leur taxonomie sont assez simples puisque aucun régosol ne possède d’horizon B bien développé. On les divise en deux grands groupes, selon le développement d’un horizon Ah de plus de 10 cm d’épaisseur, ou de 10 cm et moins, voire absent.

Date de publication

2011-01-01

Profils d'auteurs