Les promoteurs de croissance antimicrobiens modulent les réponses de l’hôte chez les souris présentant un certain microbiote

Citation

Brown, K., Zaytsoff, S.J.M., Uwiera, R.R.E., Inglis, G.D. (2016). Antimicrobial growth promoters modulate host responses in mice with a defined intestinal microbiota. Scientific Reports, [online] 6 http://dx.doi.org/10.1038/srep38377

Résumé en langage clair

Les antibiotiques peuvent favoriser la croissance chez le bétail (promoteurs de croissance antimicrobiens, PCA), mais le manque de connaissances sur les mécanismes en cause a entravé la mise au point de solutions de rechange efficaces sans antibiotiques. Les antibiotiques agissent sur les cellules eucaryotes à des concentrations thérapeutiques, mais les effets des PCA sur la physiologie de l’hôte sont relativement peu étudiés, en partie à cause de la complexité des interactions entre l’hôte et les microorganismes dans le tractus gastro-intestinal. Pour déterminer les effets directs des PCA sur l’hôte, nous avons produit des souris ASF (Altered Schaedler Flora) et nous avons ajouté de la chlortétracycline (CTC) et du phosphate de tylosine (TYL) à leur alimentation. Nous avons ensuite exposé les souris à la bactérie Citrobacter rodentium pour déterminer comment les PCA modifient la réponse de l’hôte en fonction du stress physiologique. Bien que la CTC et le TYL aient eu des effets divergents sur les taxons de souris ASF, les PCA ont protégé les souris contre une perte de poids consécutive à l’inoculation de C. rodentium. Les souris ayant reçu de la CTC ou du TYL présentaient une expression inférieure de βd1 et d’Il17a dans l’intestin, et une forte induction d’Il17a et d’Il10. De plus, l’administration de PCA a entraîné une diminution de l’expression des protéines de la phase aiguë (Saa1, Hp et Cp) dans les tissus hépatiques et a amélioré la réduction induite par C. rodentium de l’expression des gènes intervenant dans la lipogenèse (Hmgcl et Fabp1). Dans l’ensemble, ces résultats indiquent que les PCA ont une incidence directe sur la physiologie de l’hôte et font ressortir d’importantes considérations dans la mise au point de solutions de rechange aux antibiotiques.

Résumé

© 2016, les auteurs. Les antibiotiques peuvent favoriser la croissance chez le bétail (promoteurs de croissance antimicrobiens, PCA), mais le manque de connaissances sur les mécanismes en cause a entravé la mise au point de solutions de rechange efficaces sans antibiotiques. Les antibiotiques agissent sur les cellules eucaryotes à des concentrations thérapeutiques, mais les effets des PCA sur la physiologie de l’hôte sont relativement peu étudiés, en partie à cause de la complexité des interactions entre l’hôte et les microorganismes dans le tractus gastro-intestinal. Pour déterminer les effets directs des PCA sur l’hôte, nous avons produit des souris ASF (Altered Schaedler Flora) et nous avons ajouté de la chlortétracycline (CTC) et du phosphate de tylosine (TYL) à leur alimentation. Nous avons ensuite exposé les souris à la bactérie Citrobacter rodentium pour déterminer comment les PCA modifient la réponse de l’hôte en fonction du stress physiologique. Bien que la CTC et le TYL aient eu des effets divergents sur les taxons de souris ASF, les PCA ont protégé les souris contre une perte de poids consécutive à l’inoculation de C. rodentium. Les souris ayant reçu de la CTC ou du TYL présentaient une expression inférieure de βd1 et d’Il17a dans l’intestin, et une forte induction d’Il17a et d’Il10. De plus, l’administration de PCA a entraîné une diminution de l’expression des protéines de la phase aiguë (Saa1, Hp et Cp) dans les tissus hépatiques et a amélioré la réduction induite par C. rodentium de l’expression des gènes intervenant dans la lipogenèse (Hmgcl et Fabp1). Dans l’ensemble, ces résultats indiquent que les PCA ont une incidence directe sur la physiologie de l’hôte et font ressortir d’importantes considérations dans la mise au point de solutions de rechange aux antibiotiques.

Date de publication

2016-12-08

Profils d'auteurs