Le seigle d’automne réduit la teneur résiduelle en nitrate du sol et le rendement grainier du blé de printemps en culture sèche

Citation

Thomas, B.W., Larney, F.J., Chantigny, M.H., Goyer, C., Hao, X. (2017). Fall rye reduced residual soil nitrate and dryland spring wheat grain yield, 109(2), 718-728. http://dx.doi.org/10.2134/agronj2016.10.0616

Résumé en langage clair

Le seigle d’automne a réduit de 2 à 18 fois la teneur du sol en N NO3 avant le semis subséquent par rapport au radis oléagineux.
• Le seigle d’automne a réduit de 38 à 58 % le rendement du blé de printemps en culture sèche par rapport au radis oléagineux.
• La teneur des 7,5 premiers cm du sol en N minéral (N NO3 + N NH4) avant le semis dans explique 93 % de la variabilité du rendement grainier du blé de printemps.

Résumé

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada, 2017. Les données limitées sur la façon dont la gestion des cultures de couverture influe sur le rendement agronomique des cultures annuelles subséquentes dans les régions semi arides limitent l’utilisation des cultures de couverture. Nous avons donc quantifié, sur une période de deux ans, les effets de l’espèce utilisée comme culture de couverture (seigle d’automne [Secale cereale L. AC Remington] ou radis oléagineux [Raphanus sativus L. Tillage radish]) et de la source de nutriments (compost ou engrais inorganique) sur la biomasse et l’absorption d’azote (N) de la culture de couverture, les teneurs du sol en N nitrique (N NO3) et en N ammoniacal (N NH4) et le rendement agronomique de la culture d’essai subséquente de blé de printemps (Triticum aestivum L.). Le seigle d’automne a réduit de 2 à 18 fois la teneur du sol en N NO3 avant le semis subséquent par rapport au radis oléagineux et a réduit de 38 à 58 % le rendement grainier du blé de printemps par rapport aux sols amendés sans culture de couverture et au radis oléagineux. Les teneurs du sol en N NO3 avant le semis étaient de 21 % plus élevées dans les sols fertilisés à l’engrais inorganique que dans les sols amendés au compost en 2013 2014, mais la source de nutriments n’a pas eu d’effet sur ces teneurs en 2014 2015. Une fonction quadratique montre que la concentration de N minéral (N NO3 + N NH4) avant le semis dans les 7,5 premiers cm du sol explique 93 % de la variabilité du rendement grainier du blé de printemps en 2014, ce qui indique que l’apport en azote a limité le rendement du blé.