Incidence du Bursaphelenchus xylophilus (Nematoda : Parasitaphelenchidae) dans les plantations d’arbres de Noël (Pinacées) en Nouvelle-Écosse, au Canada

Citation

Blatt, S., Bishop, C., Burgher-Maclellan, K. (2019). Incidence of Bursaphelenchus xylophilus (Nematoda: Parasitaphelenchidae) in Nova Scotia, Canada Christmas tree (Pinaceae) plantations, 151(3), 350-364. http://dx.doi.org/10.4039/tce.2019.2

Résumé en langage clair

Le nématode du pin (Bursaphelenchus xylophilus) est présent partout au Canada. En tant qu’agent responsable de la maladie du flétrissement du pin, il empêche les produits du bois canadiens d’être exportés en Europe. Un relevé effectué à l’échelle nationale en 1992 a révélé la présence de nématodes du pin dans les sapins baumiers matures, morts ou moribonds, mais pas dans les jeunes arbres. Comme les arbres de Noël sont de jeunes sapins baumiers, ils ne devraient pas héberger de nématodes du pin. Cette recherche visait d’abord à déterminer si les coléoptères porteurs du nématode étaient présents dans les plantations d’arbres de Noël en Nouvelle-Écosse. Des coléoptères du genre Monochamus ont été piégés dans 9 sites en 2014 et dans 20 sites en 2015 grâce à des pièges–panneaux appâtés avec un attractif pour Monochamus. Ces coléoptères ont ensuite été analysés à l’aide de méthodes moléculaires pour vérifier s’ils hébergeaient le nématode du pin. Le nématode a été identifié chez les trois espèces du genre Monochamus capturées dans les plantations d’arbres de Noël. Le pourcentage de coléoptères hébergeant le nématode variait selon l’espèce et le sexe des insectes. Quatorze coléoptères ont été envoyés au séquençage et les résultats ont été comparés à d’autres séquences provenant d’une base de données nationale. Au niveau moléculaire, le nématode du pin présent en Nouvelle-Écosse est semblable aux nématodes capturés au Nouveau-Brunswick, au Québec, aux États-Unis et en Chine. Il semble donc qu’il y ait eu de multiples introductions du nématode en Nouvelle-Écosse, et que les arbres de Noël cultivés dans cette province ne seront pas acceptés sur le marché européen.

Résumé

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2019. La présence du nématode du pin Bursaphelenchus xylophilus (Steiner et Buhrer; Nematoda : Aphelenchida : Parasitaphelenchidae) au Canada empêche l’exportation vers l’Europe des produits du bois, incluant les arbres de Noël (Pinacées). Un relevé effectué à l’échelle nationale en 1992 a permis d’extraire le B. xylophilus de sapins baumiers (Abies balsamea [Linnaeus] Miller; Pinacée) matures, morts ou moribonds, mais pas d’arbres de Noël jeunes et en santé. Trois espèces de coléoptères susceptibles d’héberger le B. xylophilus se trouvent en Nouvelle-Écosse, mais on ne connaît pas l’incidence du nématode chez ces espèces. Des spécimens du genre Monochamus Dejean (Coleoptera : Cerambycidae) ont été capturés dans neuf sites en 2014, et dans 20 sites en 2015, à l’aide de pièges–panneaux appâtés avec un attractif pour Monochamus spp. Après avoir isolé l’ADN des nématodes du pin, leur présence a été vérifiée à l’aide de méthodes moléculaires. Pour l’isolation d’ADN, les coléoptères ont été traités un par un en 2014, et par groupe (de la même espèce et du même sexe, capturés au même site de collecte à la même date) en 2015. Le B. xylophilus a été décelé chez les trois espèces du genre Monochamus (M. marmorator Kirby, M. notatus [Drury] et M. scutellatus [Say]) capturées dans les plantations d’arbres de Noël de Nouvelle-Écosse. Le pourcentage de coléoptères hébergeant le B. xylophilus variait selon l’espèce et le sexe. Quatorze échantillons de coléoptères ont été sélectionnés et envoyés au séquençage par réaction en chaîne de la polymérase. Les résultats du séquençage démontrent que le B. xylophilus présent en Nouvelle-Écosse est très semblable à celui isolé au Canada (Nouveau-Brunswick et Québec), aux États-Unis et en Chine.

Date de publication

2019-06-01

Profils d'auteurs