Gamme d’hôtes et caractérisation génétique des populations de Ditylenchus dipsaci de l’est du Canada

Citation

Poirier, S., Dauphinais, N., Van Der Heyden, H., Véronneau, P.Y., Bélair, G., Gravel, V., Mimee, B. (2019). Host range and genetic characterization of ditylenchus dipsaci populations from Eastern Canada. Plant Disease, [online] 103(3), 456-460. http://dx.doi.org/10.1094/PDIS-07-18-1201-RE

Résumé en langage clair

Le nématode des tiges et des bulbes est un nématode phytoparasite qui touche plus de 500 espèces végétales dans le monde. Depuis 2012, les producteurs d’ail de l’Ontario et du Québec sont particulièrement touchés par les pertes économiques causées par ce ravageur. Dans la présente étude, nous avons déterminé les cultures touchées par quatre populations du Québec et de l’Ontario. L’ail, l’oignon et l’oignon vert étaient très sensibles au nématode, tandis que la reproduction était faible chez la pomme de terre. Aucune reproduction n’a été observée dans le maïs, le soja, l’orge, la luzerne, la moutarde, la carotte et la laitue. Ces cultures pourraient donc être utilisées en rotation dans le cadre d’un programme de lutte. Trente-deux populations ont également été caractérisées génétiquement et étaient semblables à une population de référence du nord de l’Ontario.

Résumé

© 2019 The American Phytopathological Society. Le nématode des tiges et des bulbes, Ditylenchus dipsaci, est un nématode phytoparasite qui touche plus de 500 espèces végétales dans le monde. Depuis 2012, les producteurs d’ail de l’Ontario et du Québec sont particulièrement touchés par les pertes économiques causées par ce ravageur. La reproduction du D. dipsaci sur un hôte donné dépend de sa race biologique, et les races de ces populations de l’est du Canada sont inconnues. En tant que ravageur polyphage, le D. dipsaci peut constituer une menace et avoir des effets négatifs sur de nombreuses cultures au Québec, notamment les grandes cultures et les cultures légumières (dont l’oignon). Dans la présente étude, nous avons déterminé la gamme d’hôtes de quatre populations de D. dipsaci du Québec et de l’Ontario dans le cadre d’une expérience en serre réalisée avec 11 plantes cultivées. L’ail, l’oignon et l’oignon vert étaient très sensibles au nématode, tandis que la reproduction était faible chez la pomme de terre. Aucune reproduction n’a été observée dans le maïs, le soja, l’orge, la luzerne, la moutarde, la carotte et la laitue. Ces cultures pourraient donc être utilisées en rotation dans le cadre d’un programme de lutte. Trente-deux populations de D. dipsaci ont aussi été caractérisées génétiquement par génotypage par séquençage. La comparaison des fréquences alléliques de 481 locus a montré que la plupart des populations avaient un génotype similaire à celui d’une population de référence du nord de l’Ontario. Cependant, un échantillon de l’est du Québec présentait un génotype distinct et devra être soumis à un phénotypage plus poussé en serre pour exclure la possibilité d’une race différente.