Facteurs d’émission globaux pour l’oxyde nitreux provenant des sols agricoles après l’application d’amendements organiques : une méta analyse

Citation

Charles, A., Rochette, P., Whalen, J.K., Angers, D.A., Chantigny, M.H., Bertrand, N. (2017). Global nitrous oxide emission factors from agricultural soils after addition of organic amendments: A meta-analysis. Agriculture, Ecosystems and Environment, [online] 236 88-98. http://dx.doi.org/10.1016/j.agee.2016.11.021

Résumé en langage clair

L’oxyde nitreux (N2O) est un important gaz à effet de serre, ayant un potentiel de réchauffement planétaire 298 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone (CO2). Les sols agricoles recevant des engrais synthétiques et des amendements organiques contenant de l’azote contribuent largement aux émissions anthropiques de N2O (entre 25 et 30 %). Les méta analyses sont un outil statistique utilisé pour résumer les études publiées sur une question spécifique. L’objectif de cette étude était d’effectuer une telle méta analyse pour déterminer la contribution des sols agricoles recevant des amendements organiques à la production de N2O. Cette contribution est exprimée en tant que facteur d’émission (FE) et représente la proportion de N appliqué émise sous forme de N2O. Une analyse mondiale des études évaluées par des pairs a permis de sélectionner 38 études, dont 422 observations à 43 sites dans 12 pays. L’analyse a donné un FE global pour toutes les sources organiques égal à 0,57 ±0,30 %, ce qui est inférieur au FE par défaut du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour les engrais synthétiques, qui est de 1. Nous avons modulé le FE en tenant compte de facteurs d’amendement (rapport C/N), du sol (texture, drainage, C et N organiques) et climatiques (précipitations). Par exemple, les FE étaient en moyenne 2,8 fois plus élevés dans le cas des sols à texture fine que dans celui des sols à texture grossière. Nous recommandons des FE propres aux sites qui tiennent compte des propriétés chimiques des amendements organiques, des caractéristiques du sol et des conditions climatiques. La base de données constituée et l’approche suivie dans cette étude pourraient être utilisées pour mettre à jour les facteurs d’émission utilisés par le GIEC pour les émissions de N2O du sol résultant de l’application d’amendements organiques sur les sols agricoles.

Résumé

© 2016. Les sols agricoles recevant des engrais synthétiques et des amendements organiques contenant de l’azote contribuent largement aux émissions anthropiques d’oxyde nitreux (N2O). En tant que source de nitrate qui subit une réduction en N2O, les amendements organiques modifient également la disponibilité du C dans le sol et le potentiel d’oxydoréduction, ce qui influe sur le facteur d’émission (FE) de N2O des sols qui ont reçu un amendement organique. L’objectif de cette étude était d’effectuer une méta analyse du FE de N2O des sols agricoles recevant des amendements organiques. Une analyse mondiale des études évaluées par des pairs a permis de sélectionner 38 études, dont 422 observations à 43 sites dans 12 pays. L’analyse a donné un FE global pour toutes les sources organiques (FEorg) égal à 0,57 ±0,30 %, ce qui est inférieur au FE par défaut du GIEC pour les engrais synthétiques, qui est de 1. Trois groupes d’amendements organiques ayant des FE similaires ont été identifiés : le groupe à risque élevé, qui comprend les lisiers d’animaux, les eaux usées et les biosolides (1,21 ±0,14 %); le groupe à risque moyen, qui comprend le fumier solide, les composts + engrais et les résidus de cultures + engrais (0,35 ±0,13 %); et le groupe à faible risque, qui comprend les composts, les résidus de cultures et les boues et les granules d’usines de pâtes et papier (0,02 ±0,13 %). Le FE était plus élevé lorsque les sols recevaient des amendements organiques en combinaison avec des engrais synthétiques, tels que des lisiers + engrais (2,14 ±0,53 %), des composts + engrais (0,37 ±0,24 %) et des résidus de cultures + engrais (0,59 ±0,27 %). Nous avons modulé le FE en tenant compte de facteurs d’amendement (rapport C/N), du sol (texture, drainage, C et N organiques) et climatiques (précipitations). Par exemple, les FE étaient en moyenne 2,8 fois plus élevés dans le cas des sols à texture fine que dans celui des sols à texture grossière. Nous recommandons des FE propres aux sites qui tiennent compte des propriétés chimiques des amendements organiques, des caractéristiques du sol, des conditions climatiques et de la façon dont les amendements organiques sont appliqués, à savoir seuls ou en combinaison avec des engrais synthétiques.

Date de publication

2017-01-02

Profils d'auteurs