Expression et fonction antivirale d’ARGONAUTE 2 dans des plants de Nicotiana benthamiana infectés avec deux isolats du virus de la tache annulaire de la tomate présentant divers degrés de virulence

Citation

Paudel, D.B., Ghoshal, B., Jossey, S., Ludman, M., Fatyol, K., Sanfaçon, H. (2018). Expression and antiviral function of ARGONAUTE 2 in Nicotiana benthamiana plants infected with two isolates of tomato ringspot virus with varying degrees of virulence. Virology, [online] 524 127-139. http://dx.doi.org/10.1016/j.virol.2018.08.016

Résumé en langage clair

Dans le présent article, nous décrivons comment les défenses de la plante contre une infection virale dépendent de la souche de virus et des conditions de croissance. Nous avons utilisé deux souches différentes de virus et deux températures de croissance et avons montré que la gravité des symptômes était fortement influencée par à la fois la température et la souche de virus. Nous avons établi que l’expression d’un gène antiviral important de la plante (Argonaute 2) est touchée par ces paramètres. En outre, nous avons aussi apporté la preuve que d’autres facteurs (autres qu’Argonaute 2) déterminent l’issue de l’infection. Les résultats soulignent la complexité des défenses de la plante et des répercussions des conditions environnementales et contribueront à l’élaboration de stratégies éclairées pour la répression des maladies, en particulier dans un contexte de changements climatiques.

Résumé

© 2018 Les protéines argonautes (particulièrement AGO1 and AGO2) sont des effecteurs de l’interférence par ARN du système antiviral de la plante. Il a été établi qu’AGO1 est nécessaire pour le rétablissement dépendant de la température des plants de Nicotiana benthamiana après une infection par le virus de la tache annulaire de la tomate (isolat ToRSV-Rasp1) à 27 °C. Dans le cadre de la présente étude, nous avons montré que le rétablissement après une infection par l’isolat ToRSV-GYV présente des signes distinctifs semblables à une interférence par ARN du système antiviral, mais survient à une plus grande gamme de températures (21 °C à 27 °C). À 21 °C, un pic précoce d’accumulation d’ARNm d’AGO2 a été observé dans les plantes infectées par ToRSV-Rasp1 ou ToRSV-GYV, mais la protéine AGO2 n’a été détectée de façon systématique que dans les plants infectés par ToRSV-GYV. Le rétablissement de la plante après infection par ToRSV-GYV à 21 °C n’a pas été inhibé par un mutant ago2 ou par une interférence par l’ARN induite par AGO1 ou AGO2. Nous concluons que d’autres facteurs (possiblement d’autres AGO) contribuent au rétablissement de la plante dans ces conditions. Les résultats ont aussi révélé des profils distincts d’expression d’AGO2 après une infection par des isolats ToRSV et dans certaines conditions de l’environnement.
PLS (FR)
Dans le présent article, nous décrivons comment les défenses de la plante contre une infection virale dépendent de la souche de virus et des conditions de croissance. Nous avons utilisé deux souches différentes de virus et deux températures de croissance et avons montré que la gravité des symptômes était fortement influencée par à la fois la température et la souche de virus. Nous avons établi que l’expression d’un gène antiviral important de la plante (Argonaute 2) est touchée par ces paramètres. En outre, nous avons aussi apporté la preuve que d’autres facteurs (autres qu’Argonaute 2) déterminent l’issue de l’infection. Les résultats soulignent la complexité des défenses de la plante et des répercussions des conditions environnementales et contribueront à l’élaboration de stratégies éclairées pour la répression des maladies, en particulier dans un contexte de changements climatiques.

Date de publication

2018-11-01

Profils d'auteurs