Examen : Production bovine et services écosystémiques dans les provinces des Prairies canadiennes

Citation

Pogue, S.J., Kröbel, R., Janzen, H.H., Beauchemin, K.A., Legesse, G., de Souza, D.M., Iravani, M., Selin, C., Byrne, J., McAllister, T.A. (2018). Beef production and ecosystem services in Canada's prairie provinces: A review, 166 152-172. http://dx.doi.org/10.1016/j.agsy.2018.06.011

Résumé en langage clair

Nous avons résumé la documentation existante portant sur les répercussions de la production bovine et de ses pratiques de gestion sur une gamme de services écosystémiques, dont le bétail; l’approvisionnement en eau; la qualité de l’eau, de l’air et du sol; la régulation climatique; les zoonoses; les services culturels et la biodiversité.

Résumé

© 2018. Selon les projections, la consommation mondiale de viande bovine devrait augmenter de 1,2 % annuellement jusqu’en 2050, une demande satisfaite en partie par une hausse de la production bovine au Canada. Afin d’augmenter la production sur un territoire agricole aux capacités restreintes, il convient de considérer le poids de l’industrie bovine dans l’économie canadienne en fonction de l’entièreté des répercussions écologiques et sociales positives et négatives qui découlent d’une telle activité. Le présent examen, qui se concentre sur les provinces des Prairies – l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba –, un territoire accueillant un peu plus de 80 % du cheptel bovin canadien, étudie l’empreinte sociale et écologique des étapes de production bovine dans le cadre des services écosystémiques : l’élevage-naissage, la semi-finition, la finition et la production de fourrages/d’aliments du bétail. Nous avons résumé la documentation existante portant sur les répercussions de la production bovine et de ses pratiques de gestion sur une gamme de services, dont le bétail; l’approvisionnement en eau; la qualité de l’eau, de l’air et du sol; la régulation climatique; les zoonoses; les services culturels et la biodiversité. En nous fondant sur 742 publications examinées par des pairs recouvrant toutes les étapes de la production bovine, nous avons établi un cadre permettant de cerner les pratiques de gestion qui mènent aux plus importants bénéfices socioécologiques globaux, c’est-à-dire ceux ayant une incidence positive sur la prestation de services écosystémiques. Nous avons également déterminé les lacunes de la recherche et formulé des questions fondamentales en lien avec la durabilité des systèmes de production bovine.