Émissions de gaz à effet de serre durant le co-compostage du fumier de bovins de parc d’engraissement et de déchets de construction et de démolition

Citation

Hao, X., Larney, F.J. (2017). Greenhouse gas emissions during co-composting of cattle feedlot manure with construction and demolition (C&D) waste, 11(3), http://dx.doi.org/10.1007/s11783-017-0955-1

Résumé en langage clair

Dans cette étude, nous avons co-composté du fumier de bovins avec des déchets de construction et de démolition (C-D) et comparé les émissions de gaz à effet de serre (GES) du compostage à celles des tas de fumier empilé. Deux types de fumier ont été utilisés, celui de bovins nourris de manière classique et celui de bovins nourris de drêches déshydratées avec solubles (DDS). Les deux types de fumier ont été compostés avec ou sans déchets de C-D ou empilés pendant 99 jours. L'ajout de déchets de C-D a permis de réduire les émissions de CH4 provenant du compostage du fumier. Cette méthode émet également moins de CH4 que le fumier empilé. Les deux types de fumier de bovins ont émis des quantités similaires de GES au cours du compostage et de l’empilage. La réduction des émissions de CH4 avec l’ajout de déchets de C-D est intéressante pour réduire les émissions globales de GES provenant du compostage du fumier, et l’ajout de déchets de C-D permet aussi de réduire la quantité de matériel envoyée dans les sites d’enfouissement.

Résumé

©Higher Education Press et Société à responsabilité limitée (GmbH) Springer-Verlag, Allemagne, 2017. Les stratégies de gestion du fumier doivent refléter les pratiques d'alimentation animale utilisées et encourager le recyclage des déchets organiques pour aider à protéger l’environnement. Les travaux que nous présentons ici ont porté sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par les tas de fumier de bovins ou le compostage de celui-ci avec et sans déchets de construction et de démolition (C-D). Le fumier provenait de bovins recevant un régime de finition typique (fumier TEM) et de bovins dont l'alimentation comprenait 30 % de drêches déshydratées avec solubles (fumier DD). Les fumiers TEM et DD ont été 1) co-compostés à raison de 4:1 avec des déchets de C-D (traitements : TEM_C-D, DD_C-D); 2) compostés seuls (traitements : TEM et DD) dans des bacs de 13 m3 ou empilés (EMP) sans déchets de C-D (traitements : TEM_EMP et DD_EMP) pendant 99 jours. Le type de fumier (TEM vs DD) n'a eu aucun effet sur les émissions de GES au cours des 99 jours de compostage ou d’empilage du fumier. Le compostage avec des déchets de C-D a produit des émissions de CO2 similaires, soit environ le double de celles provenant des tas de fumier (7,0 kgC•m 2). En revanche, les émissions de CH4 ont été réduites par l'inclusion des déchets de C-D (64 gC•m-2 avec C-D vs 244 gC•m-2 sans C-D), tandis que le fumier empilé est celui qui a émis la plus grande quantité de CH4 (464 gC•m-2). De plus, seulement 0,48 % du C était émis sous forme de CH4 lorsque des déchets de C-D avaient été ajoutés, comparativement à 1,68 % lorsque ces déchets n’étaient pas ajoutés au compostage. Le fumier de bovins empilé a quant à lui émis 7,00 % de C sous forme de CH4. Les émissions de N2O (12,4 à 18,0 gN•m-2) étaient semblables dans tous les traitements. La réduction des émissions de CH4 avec l’ajout de déchets de C-D est intéressante pour diminuer les émissions globales de GES provenant du compostage du fumier, et l’ajout de déchets de C-D permet aussi de réduire la quantité de matériel envoyée dans les sites d’enfouissement. [Pour voir la figure, consulter le texte intégral.]

Date de publication

2017-06-01

Profils d'auteurs