Effets d’une photopériode prolongée dans les maternités sur la performance et le comportement des truies et de leur portée

Citation

Lachance, M.P., Laforest, J.P., Devillers, N., Laperrière, A., Farmer, C. (2010). Impact of an extended photoperiod in farrowing houses on the performance and behaviour of sows and their litters. Canadian Journal of Animal Science, [online] 90(3), 311-319. http://dx.doi.org/10.4141/CJAS09113

Résumé en langage clair

Des études précédentes nous ont permis de supposer que la prolongation de la période de lumière autour de la mise bas et durant la lactation pourrait réduire la mortalité des porcelets et augmenter la production de lait chez les truies. Ce projet visait donc à étudier l’effet d’une photopériode prolongée, c’est-à-dire une journée plus longue durant la lactation, sur les performances des truies et de leurs porcelets. Cinquante-quatre truies ont été divisées en deux groupes : le premier a bénéficié de 8 heures de lumière par jour durant toute l’expérience, tandis que le second a bénéficié de 23 heures de lumière par jour autour de la mise bas (du jour 112 de la gestation au jour 4 après la mise bas), puis de 16 heures de lumière par jour durant le reste de la lactation. La prolongation de la photopériode n’a pas eu d’effet important sur la composition du lait, le comportement de tétée, la consommation de colostrum, ni la croissance des porcelets. Les résultats de l’étude ne nous permettent donc pas de recommander la prolongation de la période de lumière par jour dans l’unité de maternité pour améliorer les performances zootechniques des truies et de leurs porcelets.

Résumé

Les effets d’une photopériode prolongée autour de la parturition et tout au long de la lactation sur la performance des truies primipares et de leurs porcelets ont été étudiés. Les truies ont été assignées à deux régimes lumineux : (1) régime standard (STD, n = 28), 8 h de lumière quotidienne du jour 112 de la gestation au jour 23 de la lactation; (2) régime prolongé (PRO, n = 26), 23 h de lumière quotidienne du jour 112 de la gestation au jour 4 de la lactation, puis 16 heures par la suite. La consommation de colostrum a été estimée selon le gain de poids des porcelets sur 24 heures à partir de la fin de la mise bas. Les porcelets ont été pesés aux jours 4, 7, 14, 21 (sevrage au jour 23), 35 et 56. Les jours 4 et 21 de la lactation, des échantillons de lait et de sang ont été prélevés. Le comportement des porcelets a été enregistré les jours 3 et 20. La prise alimentaire des porcelets a été notée jusqu’au jour 56 après le sevrage. Les truies PRO présentaient des concentrations de mélatonine plus faibles que les truies STD au jour 4 (P < 0,05), mais les concentrations de prolactine, la composition du lait et la prise de colostrum par les porcelets n’a pas été touchée par le traitement (P > 0,1). La croissance de la portée n’a pas été touchée durant la lactation (p > 0,1), mais les porcelets PRO ont consommé moins d’aliments entre les jours 23 et 34 après leur naissance (P > 0,05) et pesaient moins au jour 35 (P < 0,05). Les porcelets PRO étaient plus actifs que les porcelets STD au jour 3 de lactation seulement (P < 0,05). L’augmentation de la période de lumière quotidienne dans la maternité n’a pas amélioré les performances des truies primipares et de leurs porcelets.

Date de publication

2010-01-01