Effets de la fertilisation azotée sur la composition des acides aminés foliaires de la pomme de terre Russet Burbank

Citation

Wen, G., Cambouris, A.N., Ziadi, N., Bertrand, A., Khelifi, M. (2019). Nitrogen Fertilization Effects on the Composition of Foliar Amino Acids of Russet Burbank Potato. American Journal of Potato Research, [online] 96(6), 541-551. http://dx.doi.org/10.1007/s12230-019-09743-6

Résumé en langage clair

Le doryphore de la pomme de terre (DPT) est un ravageur défoliateur notoire des cultures de pomme de terre. Les populations de DPT sont généralement supprimées par les insecticides chimiques. Cependant, le DPT a la capacité de développer rapidement une résistance aux produits chimiques homologués. Dans le but de réduire les applications de produits chimiques pour lutter contre le DPT, il faut mettre en oeuvre une lutte intégrée efficace contre le ravageur. En tant que ravageur herbivore, le DPT vit principalement sur le feuillage des pommes de terre. Ainsi, la composition chimique des feuilles de pomme de terre, y compris les sucres, les acides aminés et les glycoalcaloïdes, pourrait jouer un rôle important dans la détermination du comportement alimentaire et de la physiologie du DPT. Par exemple, il a été démontré que les sucres et les acides aminés foliaires de la pomme de terre favorisent l’alimentation du DPT, tandis que les glycoalcaloïdes inhibent le développement du DPT en agissant négativement sur les systèmes nerveux central et digestif. Dans le cadre d’une expérience en serre, nous avons vérifié les effets de différentes doses de fertilisation azotée (N) (0, 60, 120, 180 et 240 kg N ha−1) sur la composition chimique des feuilles de pomme de terre en relation avec leur effet potentiel sur le DPT. Nous avons constaté que la fertilisation azotée n’avait pas d’effet significatif sur la concentration de glycoalcaloïdes foliaires. Cependant, la concentration de sucres et d’acides aminés foliaires augmentait avec une faible fertilisation azotée (0 à 120 kg N ha−1), diminuait avec 180 kg N ha−1 et augmentait de nouveau à 240 kg N ha−1. La concentration relativement faible de sucres et d’acides aminés observée à 180 kg N ha−1 donne à penser que cette dose de N pourrait être efficace pour la lutte contre le DPT tout en maintenant un rendement élevé en tubercules. Ces résultats appuient la mise en oeuvre d’une stratégie de lutte intégrée pour lutter contre le DPT en identifiant les facteurs de gestion induisant des changements dans la composition chimique des feuilles.

Résumé

© 2019, The Potato Association of America. Le doryphore de la pomme de terre (DPT), Leptinotarsa decemlineata (Say), est un important ravageur des cultures de pomme de terre. Les acides aminés foliaires de la pomme de terre jouent un rôle essentiel dans la croissance du DPT. Dans cette étude, les acides aminés ont été classés en quatre groupes en fonction de leur rôle dans la promotion de la croissance du DPT. Nous avons ensuite étudié les effets de la dose d’azote (N) sur la concentration des groupes d’acides aminés dans les conditions au champ. Nous avons réalisé des expériences avec cinq doses de N de 0, 60, 120, 180 et 240 kg N ha−1 selon un plan en blocs aléatoires complets. Vingt feuilles ont été recueillies 40, 54, 68 et 82 jours après la plantation (JAP) pour l’analyse des acides aminés. Les résultats ont montré que la dose de N n’avait pas d’effet significatif sur la concentration de chaque groupe d’acides aminés 40 JAP. Cependant, leur concentration augmentait de manière linéaire avec l’augmentation de la dose de N 54, 68 et 82 JAP, ce qui laisse supposer que des doses plus élevées de N pourraient potentiellement favoriser la croissance du DPT après le début de l’initiation des tubercules.