Effets de diverses rotations sur la rentabilité et les risques dans une étude de 14 ans sur la culture irriguée de pommes de terre au Manitoba

Citation

Khakbazan, M., R.M. Mohr, J. Huang, E. Campbell, K.M. Volkmar, D.J. Tomasiewicz, A.P. Moulin, D.A. Derksen, B.R. Irvine, D. McLaren, and A. Nelson. 2018. Economic and Risk Effects of Rotation Based on a 14-Year Irrigated Potato Production Study in Manitoba. Am. J. Pot Res. doi.org/10.1007/s12230-017-9627-8.

Résumé en langage clair

La rotation des cultures peut être utilisée pour optimiser le rendement économique en préservant ou en améliorant la qualité du sol et en réduisant la pression des ravageurs (maladies et insectes) et la concurrence des mauvaises herbes. Une étude sur deux rotations de deux ans comprenant la pomme de terre (pomme de terrecanola et pomme de terreblé), deux rotations de trois ans (pomme de terrecanolablé et pomme de terreavoineblé) et deux rotations de quatre ans (pomme de terreblécanolablé et pomme de terrecanola (avec soussemis de luzerne)luzerneluzerne) a été effectuée au Manitoba (Canada) de 1998 à 2011 pour analyser la rentabilité de la culture de la pomme de terre dans chaque rotation. La pomme de terre cultivée en rotations de deux ans s’est révélée plus rentable au cours des premières années de l’étude. Toutefois, sur les quatorze années de l’étude, les rotations de trois ou quatre ans se sont révélées plus rentables que les rotations plus courtes. Cela s’explique par le fait que les avantages de la culture de la pomme de terre en rotation de deux ans finissent par être dépassés par ses conséquences négatives, notamment un taux de maladie plus élevé et une qualité du sol moins bonne, qui réduisent la quantité de pommes de terre récoltées et vendues et les profits qu’en tirent les agriculteurs. Les résultats de l’étude encouragent l’adoption de rotations plus longues pour la culture de la pomme de terre, comme les rotations pomme de terreavoineblé ou pomme de terrecanola (avec soussemis de luzerne)luzerneluzerne, afin de maintenir la qualité du sol et des plantes et de maximiser les profits à long terme.

Résumé

La rotation des cultures peut être utilisée pour optimiser le rendement économique en préservant ou en améliorant la qualité du sol et en réduisant la pression des ravageurs. Une expérience au champ consistant en six rotations, soit pomme de terre-canola (PC), pomme de terre-blé (PB), pomme de terre-canolablé (PCB), pomme de terre-avoineblé (PAB), pomme de terreblécanolablé (PBCB) et pomme de terrecanola (avec soussemis de luzerne)luzerneluzerne (P-C(L)LL) a été réalisée selon un plan en blocs complets randomisés sur un sol argileux au Manitoba (Canada) et surveillée pendant quatorze ans pour évaluer le rendement économique de la pomme de terre dans chaque rotation. Nous avons établi un budget stochastique axé sur les rendements et les compromis entre les risques et les rendements pour déterminer la rentabilité de chaque rotation. Bien que les revenus nets annuels moyens de toutes les cultures ne différaient pas significativement entre les rotations, la rotation PCB était la plus stable à cet égard. Malgré l’avantage économique de la rotation P-C dans les deux premiers cycles, nous recommandons les rotations plus longues PCB ou PC(L)LL, car les rotations de deux ans augmentent les risques de maladie des plantes et diminuent la viabilité économique à long terme.

Date de publication

2018-06-01