Effets à court terme des amendements de fumiers de parcs d’engraissement sur le rendement de l’orge irriguée et sur la concentration des macronutriments dans le sol

Citation

Miller, J.J., Beasley, B.W., Bremer, E., Drury, C.F., Larney, F.J., Hao, X., Chanasyk, D.S. (2019). Short-term legacy effects of feedlot manure amendments on irrigated barley yield and soil macronutrient supply, 99(1), 100-115. http://dx.doi.org/10.1139/cjss-2018-0064

Résumé en langage clair

Les producteurs de bovins d’engraissement qui passent d’un épandage annuel continu et à long terme d’amendements de fumier à un épandage discontinu ne constateront peut-être pas de baisse significative des rendements de l’orge (en MS), mais des différences importantes dans les concentrations de macronutriments dans le sol peuvent persister jusqu’à 2 ou 3 ans après le dernier épandage. Des effets significatifs du traitement ont été observés sur la concentration des éléments nutritifs du sol, mais ceux-ci dépendent de la date et des interactions avec d’autres facteurs de traitement. En général, l’application de fumier a augmenté la concentration des éléments nutritifs dans le sol.

Résumé

Peu d’études ont été faites sur les effets à court terme de l’épandage de différents types de fumiers sur le rendement de l’orge (Hordeum vulgare L.) et sur la concentration des macronutriments (NO3-N, PO4-P, K et SO4-S) dans le sol. Dans une étude menée dans le sud de l’Alberta, des fumiers de parc d’engraissement avec de la litière de paille ou de copeaux de bois ont été entreposés ou compostés avant d’être appliqués annuellement, pendant 17 ans, sur un sol de loam argileux à raison de 13, 39 et 77 Mg ha-1 en poids sec. L’expérience comprenait également un témoin sans amendement et un témoin avec des engrais inorganiques. La deuxième et la troisième année (2016-2017), après l’arrêt des épandages de fumier en 2014, on a mesuré le rendement de l’orge fourragère et la concentration des éléments nutritifs dans le sol ; cette dernière a été mesurée in situ au moyen de sondes Plant Root Simulator (PRS®). Les traitements examinés n’ont eu aucun effet significatif (p > 0,05) sur le rendement de l’orge. En revanche, leurs effets sur la quantité d’éléments nutritifs présents dans le sol étaient significatifs et dépendaient de la date ainsi que des interactions avec d’autres facteurs des traitements. En général, la dose de fumier appliquée a augmenté la réserve d’éléments nutritifs dans le sol. La concentration de NO3-N et PO4-P dans le sol était de 40 à 59 % moins élevée avec le fumier composté avec de la paille qu’avec les trois autres types de fumiers, et la concentration de ces macronutriments était de 26 à 53 % plus élevée avec le fumier entreposé qu’avec le fumier composté. Ces résultats montrent que les effets des différents fumiers varient selon la date. Aux deux doses d’application les plus élevées, la concentration du K dans le sol était de 60 à 106 % plus élevée avec le fumier contenant de la litière de paille qu’avec celui contenant des copeaux de bois, et la tendance inverse a été constatée pour la concentration de SO4-S, qui était de 40 à 174 % plus élevée avec le fumier contenant des copeaux de bois qu’avec celui contenant de la paille. Dans l’ensemble, les effets à court terme du type de fumier et de litière sont plus persistants pour la réserve de macronutriments dans le sol que pour le rendement de l’orge fourragère.