Effet du transport et de la durée des haltes sur le bien-être des bovins conditionnés transportés par camion

Citation

Meléndez, D.M., Marti, S., Haley, D.B., Schwinghamer, T.D., Schwartzkopf-Genswein, K.S. (2020). Effect of transport and rest stop duration on the welfare of conditioned cattle transported by road. PLoS ONE, [online] 15(3), http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0228492

Résumé en langage clair

Le but de cette étude était d’évaluer les effets de la durée de repos, après 12 h et 36 h de transport, sur les indicateurs physiologiques et comportementaux du bien-être chez des veaux de boucherie sevrés, âgés de 7 à 8 mois. Les principaux facteurs étaient la durée du transport : 12 h et 36 h et la durée des haltes-repos : 0 h, 4 h, 8 h et 12 h. Après la période de repos, les animaux ont été transportés pendant 4 heures supplémentaires. Des échantillons de sang et de poils ont été prélevés chez 12 animaux par traitement avant et après le premier transport, avant et après le transport de 4 heures, puis à 7 heures, 2 jours et 28 jours après le dernier transport. Le comportement debout et couché a été évalué pendant 14 j après le transport, tandis que le comportement alimentaire des veaux d’un enclos par traitement a été évalué pendant 28 j après le transport à l’aide d’un système de mangeoire électronique. Le poids corporel, le gain moyen quotidien et la perte de poids ont été évalués pour tous les veaux. Dans l’ensemble, les indicateurs physiologiques d’un bien-être réduit étaient plus importants chez les veaux transportés pendant 36 h que chez ceux transportés pendant 12 h, tandis qu’aucune différence nette n’a été observée entre les groupes des durées de repos, à l’exception de ce qui a trait aux acides gras non estérifiés. Selon ces résultats, les veaux conditionnés bénéficient de durées de transport plus courtes, mais il n’a pas été clairement démontré que les veaux qui se sont reposés pendant 4 h, 8 h et 12 h après le transport ont subi moins de stress lié au transport que ceux qui ne s’étaient pas reposés.

Résumé

© 2020, Public Library of Science. Tous droits réservés. Les effets du repos sur les indicateurs physiologiques et comportementaux du bien-être des bovins transportés par camion n’ont pas été bien étudiés en Amérique du Nord. De nouvelles modifications à la partie XII du Règlement sur la santé des animaux du Canada : Transport des animaux indiquent que les veaux non sevrés et sevrés peuvent être transportés pendant un maximum de 12 et 36 h, respectivement, avant qu’un repos de 8 h ne soit nécessaire. L’objectif de cette étude était donc d’évaluer les effets de la durée du repos, après 12 et 36 h de transport, sur les indicateurs physiologiques et comportementaux du bien-être des veaux de boucherie âgés de 7 à 8 mois. Trois cent vingt veaux conditionnés (258 ± 23,9 kg de poids corporel) ont été répartis au hasard selon un plan factoriel 2 × 4 où les principaux facteurs comprenaient la durée du transport : 12 h (12; n = 160) et 36 h (36; n = 160) et la durée du temps d’arrêt (repos) : 0 h (R0; n = 80), 4 h (R4; n = 80), 8 h (R8; n = 80) et 12 h (R12; n = 80). Après la période de repos, les animaux ont été transportés pendant 4 h supplémentaires. Des échantillons de sang et de poils ont été prélevés chez 12 animaux par traitement avant et après le premier transport et le transport de 4 h; puis 7 h, 2 j et 28 j après le transport de 4 h. La concentration sérique des substances suivantes a été mesurée : haptoglobine, créatine kinase, acides gras non estérifiés, lactate, ainsi que la concentration du cotisol dans le sérum et les poils. Le comportement en position debout et couchée a été évalué pendant 14 j après le transport, tandis que le comportement alimentaire des veaux d’un enclos par traitement a été évalué pendant 28 j après le transport à l’aide d’un système de surveillance électronique des mangeoires. Le poids corporel, le gain moyen quotidien et la perte de poids ont été évalués chez tous les veaux. Les données ont été modélisées à l’aide de méthodes mixtes linéaires généralisées (SAS PROC GLIMMIX), où le transport et le temps (nichés dans le repos) ont été considérés comme des effets fixes tandis que les animaux et l’enclos ont été considérés comme des effets aléatoires. Des effets statistiquement significatifs (p < 0,05) du transport ont été observés sur le poids corporel et la perte de poids : les veaux transportés pendant 36 heures avaient un poids corporel inférieur (p < 0,01) et une plus grande perte de poids (p < 0,01) que ceux qui avaient été transportés pendant 12 heures. Une interaction transport × temps (niché dans le repos) (p < 0,01) a été observée pour le pourcentage de temps en position couchée où, 36 veaux R8 avaient un pourcentage supérieur (p < 0,01) à celui de 12 veaux R8 le j 1 après le transport. Pour les acides gras non estérifiés, l’aire sous la courbe était plus grande (p < 0,01) pour 36 veaux R0 que pour 12 veaux R0, 36 veaux R4 et 36 veaux R8, et plus grande (p < 0,01) pour 36 veaux R12 que pour 12 de ces veaux. Pour l’haptoglobine, l’aire sous la courbe était plus grande (p = 0,05) pour 36 veaux R12 que pour 12 de ces veaux. Dans l’ensemble, les indicateurs physiologiques d’un bien-être réduit étaient plus importants chez les veaux transportés pendant 36 h que chez ceux transportés pendant 12 h, tandis qu’aucune différence nette n’a été observée entre les groupes de repos, à l’exception de ce qui a trait aux acides gras non estérifiés. Selon ces résultats, les veaux conditionnés bénéficient de durées de transport plus courtes, mais il n’a pas été clairement démontré que les veaux qui se sont reposés 4, 8 et 12 h après le transport ont subi moins de stress lié au transport par rapport à ceux qui ne s’étaient pas reposés (0 h).

Date de publication

2020-01-01