Effet des cultures de couverture sur le rendement des vignes et la qualité de la récolte ainsi que sur les concentration du sol en nitrates dans trois vignobles de l’Ontario, au Canada

Citation

Sharifi, M., Carter, K., Baker, S., Verhallen, A. and Nemeth, D. (2018). Cover crops effects on grape yield and yield quality, and soil nitrate concentration in three vineyards in Ontario, Canada. Acta Hortic. 1217, 247-256
DOI: 10.17660/ActaHortic.2018.1217.31
https://doi.org/10.17660/ActaHortic.2018.1217.31

Résumé en langage clair

La biodiversité et la résilience des systèmes de production de raisin de cuve dans les régions à climat tempéré et humide peuvent être améliorées grâce aux cultures de couverture. En 2014 et 2015, nous avons évalué l’effet de cultures de couverture composées d’une seule espèce ou d’un mélange d’espèces sur la productivité du vignoble et les propriétés du sol, dans le comté de Prince Edward (PEC) et dans les régions de Niagara et de la rive nord du lac Érié (LENS), en Ontario, au Canada. Les traitements incluaient le ray-grass annuel (AR, témoin), la combinaison ray-grass annuel et trèfle rouge (AR+RC), la combinaison ray-grass annuel et radis fourrager (AR+FR), la combinaison fétuque rouge et micro-trèfle (CF+MC) et un mélange de plantes de couverture comprenant l’avoine, l’ivraie multiflore, le trèfle rouge, la luzerne, le trèfle alsike et le radis fourrager (« Super Mix »), et trois répétitions ont été réalisées pour chaque traitement. Des échantillons de sol ont été prélevés au moment du débourrement pour évaluer les propriétés du sol (couche de 0-15 cm) et à quatre occasions (débourrement, floraison, véraison et récolte) au cours de la saison de culture pour mesurer le N minéral (couche de 0 30 cm). Selon la moyenne de nos résultats sur les deux années, la biomasse la plus élevée a été produite par les traitements AR+RC et AR+FR dans la région du PEC, et par le traitement AR+FR dans les régions de Niagara et de LENS. Le traitement CF+MC a généralement présenté un faible établissement. Nous avons observé une corrélation négative entre la biomasse des mauvaises herbes et celle de la culture de couverture. Les traitements n’ont pas eu d’effet sur le rendement des vignes ou la qualité de la récolte (Brix, TA et YAN) et les propriétés du sol, sauf pour le traitement AR, qui a entraîné une diminution du rendement des vignes par rapport aux autres traitements dans le PEC en 2014. Dans chaque région, les concentrations de nitrate du sol n’ont pas varié en fonction des traitements ou des dates d’échantillonnage en 2014. En 2015, les concentrations de nitrate du sol étaient considérablement plus élevées avec les traitements AR+RC et Super Mix qu’avec le traitement AR, mais dans les régions du Niagara et du PEC uniquement. En conclusion, les cultures de couverture AR+RC ou AR+FR dans les vignobles du PEC et le traitement AR+FR dans les vignobles du Niagara et de LENS ont produit une biomasse élevée et ont permis une suppression des mauvaises herbes comparativement au ray-grass annuel, et les différences de coûts entre ces traitements étaient minimes.

Résumé

La biodiversité et la résilience des systèmes de production de raisin de cuve dans les régions à climat tempéré et humide peuvent être améliorées grâce aux cultures de couverture. En 2014 et 2015, nous avons évalué l’effet de cultures de couverture composées d’une seule espèce ou d’un mélange d’espèces sur la productivité du vignoble et les propriétés du sol, dans le comté de Prince Edward (PEC) et dans les régions de Niagara et de la rive nord du lac Érié (LENS), en Ontario, au Canada. Les traitements incluaient le ray-grass annuel (AR, témoin), la combinaison ray-grass annuel et trèfle rouge (AR+RC), la combinaison ray-grass annuel et radis fourrager (AR+FR), la combinaison fétuque rouge et micro-trèfle (CF+MC) et un mélange de plantes de couverture comprenant l’avoine, l’ivraie multiflore, le trèfle rouge, la luzerne, le trèfle alsike et le radis fourrager (« Super Mix »), et trois répétitions ont été réalisées pour chaque traitement. Des échantillons de sol ont été prélevés au moment du débourrement pour évaluer les propriétés du sol (couche de 0-15 cm) et à quatre occasions (débourrement, floraison, véraison et récolte) au cours de la saison de culture pour mesurer le N minéral (couche de 0 30 cm). Selon la moyenne de nos résultats sur les deux années, la biomasse la plus élevée a été produite par les traitements AR+RC et AR+FR dans la région du PEC, et par le traitement AR+FR dans les régions de Niagara et de LENS. Le traitement CF+MC a généralement présenté un faible établissement. Nous avons observé une corrélation négative entre la biomasse des mauvaises herbes et celle de la culture de couverture. Les traitements n’ont pas eu d’effet sur le rendement des vignes ou la qualité de la récolte (Brix, TA et YAN) et les propriétés du sol, sauf pour le traitement AR, qui a entraîné une diminution du rendement des vignes par rapport aux autres traitements dans le PEC en 2014. Dans chaque région, les concentrations de nitrate du sol n’ont pas varié en fonction des traitements ou des dates d’échantillonnage en 2014. En 2015, les concentrations de nitrate du sol étaient considérablement plus élevées avec les traitements AR+RC et Super Mix qu’avec le traitement AR, mais dans les régions du Niagara et du PEC uniquement. En conclusion, les cultures de couverture AR+RC ou AR+FR dans les vignobles du PEC et le traitement AR+FR dans les vignobles du Niagara et de LENS ont produit une biomasse élevée et ont permis une suppression des mauvaises herbes comparativement au ray-grass annuel, et les différences de coûts entre ces traitements étaient minimes.

Date de publication

2018-10-01

Profils d'auteurs