Effet de la méglumine de flunixine et de la lidocaïne administrées à titre préventif sur les indicateurs comportementaux et physiologiques de la douleur après la castration à l’anneau ou au couteau chez des veaux de boucherie de 6 mois.

Citation

Nordi, W.M., Marti, S., Gellatly, D., Meléndez, D.M., González, L.A., McAllister, T.A., Fierheller, E.E., Caulkett, N.A., Janzen, E., Schwartzkopf-Genswein, K.S. (2020). Effect of preemptive flunixin meglumine and lidocaine on behavioral and physiological indicators of pain post-band and knife castration in 6-mo-old beef calves.. Livestock Science, [online] 230 http://dx.doi.org/10.1016/j.livsci.2019.103838

Résumé en langage clair

Des taurillons Angus de 6 mois ont été utilisés dans une étude de 71 jours visant à évaluer les effets d’un analgésique (méglumine de flunixine) et d’un anesthésique (lidocaïne) sur le soulagement de la douleur associée à la castration à l’anneau et au couteau. Des veaux ont été castrés à l’anneau ou au couteau ou n’ont pas été castrés (témoins) et ont reçu ou non la combinaison de médicaments. La combinaison de médicaments s’est avérée efficace pour réduire certains indicateurs comportementaux et physiologiques de la douleur chez les veaux castrés. Elle a également soulagé la douleur au moment de la castration ainsi que la douleur post-opératoire et constitue donc une stratégie viable pour limiter la douleur pendant et après la castration.

Résumé

Cent soixante-quatorze taurillons Angus (248 ± 27,1 kg de poids corporel (p.c.), âgés de 6 mois) ont été utilisés dans une étude de 71 jours pour évaluer l’efficacité de la combinaison de méglumine de flunixine et de lidocaïne pour atténuer la douleur associée à la castration à l’anneau ou au couteau. L’expérience consistait en un plan factoriel 3 × 2 qui comprenait la méthode de castration – simulation (témoins), anneau (A) ou couteau (C); et la médication – lidocaïne (bloc circulaire du scrotum : 30 ml, lidocaïne-HCL à 2 %) et méglumine de flunixine (dose unique de 2,2 mg/kg de p.c. par voie s.c.) (M), ou solution saline (non médicamentés; NM). Les animaux ont été pesés au jour 0, puis une fois par semaine jusqu’au jour 71 (p.c. final) après la castration pour l’obtention du GQM. Les indicateurs physiologiques comprenaient le cortisol salivaire recueilli au jour 0 (30, 60, 120 et 240 min), aux jours 2 et 8, puis chaque semaine jusqu’au jour 48 après la castration. La température du scrotum et des yeux a été prise aux jours 1, 2, 6, et 8, puis à chaque semaine jusqu’au jour 36 suivant la castration; des échantillons de matières fécales ont été recueillis aux jours 0, 2, 6, 8 et 22 après la castration pour la mesure des quantités d’E. coli. Les paramètres comportementaux comprenaient la longueur des foulées, mesurée aux jours 0 et 8, puis toutes les semaines jusqu’au jour 36; le score de l’échelle visuelle analogique (EVA) évalué pendant la castration; et le comportement alimentaire enregistré quotidiennement du jour 0 au jour 71 après la castration. Le p.c. final et le GQM étaient plus élevés (p < 0,05) chez les veaux témoins que chez les veaux castrés à l’anneau ou au couteau. Les concentrations de cortisol salivaire étaient plus élevées (p < 0,05) chez les veaux castrés (A et C) que chez les veaux témoins jusqu’à 4 heures après la castration, et elles sont demeurées plus élevées chez les veaux castrés au couteau jusqu’à 48 heures après la castration, tandis qu’elles étaient plus faibles (p = 0,01) chez les veaux médicamentés que chez ceux qui n’avaient pas été médicamentés. La quantité d’E. coli fécale variait quotidiennement (p = 0,01), mais il n’y a pas eu de tendance évidente dans le temps. C’est chez les veaux castrés au couteau que la température du scrotum était la plus élevée (p < 0,05), elle était intermédiaire chez les veaux témoins, et la plus basse chez les veaux castrés à l’anneau, sauf aux temps 30 min, 22 jours et 36 jours après la castration, où il n’y avait pas de différence entre les veaux témoins et ceux castrés à l’anneau. La température des yeux était plus élevée (p < 0,05) chez les veaux castrés à l’anneau et au couteau que chez les veux témoins aux jours 2 et 8 après la castration. Aucune différence (p > 0,10) n’a été observée pour la longueur des foulées. Les scores EVA étaient plus élevés (p = 0,01) chez les veaux castrés au couteau que chez ceux castrés à l’anneau et les veux témoins, tandis que les veaux non médicamentés avaient des scores plus élevés (p < 0,01) que ceux qui avaient été médicamentés.
L’ingestion de matière sèche et la taille des repas étaient plus importantes (p = 0,05) chez les veaux médicamentés que chez les non médicamentés. Au jour 0, la durée des repas était plus grande (p = 0,01) chez les veaux castrés à l’anneau et les veaux témoins que chez les veaux castrés au couteau, tandis qu’aux temps une et deux semaines après la castration, la durée des repas était plus longue (p < 0,01) chez les veaux castrés au couteau que chez les veaux témoins. Dans l’ensemble, la combinaison de la méglumine de flunixine et de la lidocaïne a réduit les indicateurs physiologiques et comportementaux de la douleur, ce qui semble indiquer que leur utilisation combinée a permis d’atténuer efficacement la douleur associée à la castration à l’anneau et au couteau.