Discovery of a North American genetic variant of the entomopathogenic fungus Metarhizium anisopliae var. anisopliae pathogenic to grasshoppers

Citation

Entz, S.C., Kawchuk, L.M., et Johnson, D.L. (2008). « Discovery of a North American genetic variant of the entomopathogenic fungus Metarhizium anisopliae var. anisopliae pathogenic to grasshoppers. », BioControl, 53(2), p. 327-339. doi : 10.1007/s10526-006-9061-1

Résumé

Dans le cadre d’essais biologiques sur des criquets vivants, on a évalué la pathogénicité d’un variant génétique du champignon entomopathogène Metarhizium anisopliae var. anisopliae, isolé du sol d’une région de l’Alberta (Canada) ayant connu de graves infestations de criquets dans le passé. On a enregistré 99 % de mortalité chez les sujets traités provenant d’une colonie de laboratoire (TL₅₀ = 6,7 jours, TL₉₀ = 9,6 jours) 12 jours après l’inoculation et, en comparaison, une mortalité de 100 % chez les insectes exposés à un isolat commercial de M. anisopliae var. acridum (IMI 330189) (TL₅₀ = 4,1 jours, TL₉₀ = 5,8 jours) huit jours après l’inoculation. Des criquets recueillis sur le terrain ont été infectés en laboratoire par un isolat du champignon indigène M. anisopliae var. anisopliae, ce qui a entraîné chez les sujets une mortalité de 100 % (TL₅₀ = 4,4 jours, TL₉₀ = 5,4 jours), valeur atteinte au bout de sept jours; en comparaison, il a fallu neuf jours pour que la totalité des insectes traités avec du M. anisopliae var. acridum meurent (TL₅₀ = 4,7 days, TL₉₀ = 6,3 jours). L’amplification de l’ADN génomique de l’isolat du champignon indigène avec des amorces visant la détection spécifique du M. anisopliae var. anisopliae a généré un produit comptant près de 300 pb de plus que ce à quoi l’on s’attendait d’après les résultats obtenus précédemment avec des isolats connus. Il s’agit du premier agent de lutte antiparasitaire non chimique indigène et hautement virulent que l’on découvre contre les criquets en Amérique du Nord.

Date de publication

2008-04-01

Profils d'auteurs