Dietary flaxseed oil reduces adipocyte size, adipose monocyte chemoattractant protein-1 levels and T-cell infiltration in obese, insulin-resistant rats

Citation

Baranowski, M., Enns, J.E., Blewett, H.J., Yakandawala, U., et Zahradka, P. (2012). « Dietary flaxseed oil reduces adipocyte size, adipose monocyte chemoattractant protein-1 levels and T-cell infiltration in obese, insulin-resistant rats. », Cytokine, 59(2), p. 382-391. doi : 10.1016/j.cyto.2012.04.004

Résumé

Contexte : Le dysfonctionnement des adipocytes se caractérise par une augmentation de leur taille et des modifications de leur profil d’adipokines. Il semble que l’infiltration des cellules immunitaires dans les tissus adipeux contribue aux complications métaboliques liées à l’obésité en plus des conséquences locales et systémiques sur la réaction inflammatoire chez les personnes obèses. Des apports alimentaires d’acides gras oméga-3 de sources marines se sont révélés efficaces pour réduire l’inflammation. Le but de cette étude était de déterminer si l’huile de lin contenant de l’acide a-linolénique (ALA), un acide gras oméga-3 d’origine végétale, est un modulateur efficace de l’inflammation et du dysfonctionnement des adipocytes. Méthode : Des rats Zucker, mâles, obèses (fa/fa) et maigres de 17 semaines ont reçu une ration témoin (faTEM, mgrTEM) et des rats fa/fa ont reçu une ration enrichie d’huile de lin riche en ALA (faLIN) pendant 8 semaines. Nous avons prélevé du tissu adipeux et du sérum des animaux et les avons analysés pour en connaître la teneur en cytokines (IL-6, IL-10, IL-18, IL-2, IFN-c, TNF-a), en haptoglobine, en protéine chimio-attractive monocytaire-1 (MCP-1) et en adipokines (leptine, adiponectine). Des splénocytes ont été isolés et nous avons mesuré la production ex vivo de cytokines stimulée par des mitogènes. Nous avons utilisé des images numériques de coupes de tissu adipeux pour meurer la superficie des adipocytes. Nous avons évalué l’infiltration des macrophages et des lymphocytes T dans le tissu adipeux par une épreuve immunohistochimique. Résultats : Chez les rats faLIN, le tissu adipeux présentait des adipocytes 17 % plus petits et une teneur en MCP‑1 5 fois moins élevée que chez les rats faTEM. La teneur du tissu adipeux en IL-10 était 72 % inférieure chez le groupe faLIN par rapport à la normale, et la teneur en TNF-a a diminué de 80 % (soit la teneur du groupe mgrTEM) chez le groupe faLIN comparativement au groupe faTEM. En ce qui concerne les splénocytes, nous n’avons observé aucun changement dans la production ex vivo de cytokines stimulée par mitogènes entre les groupes faLIN et faTEM. L’infiltration des macrophages était la même chez tous les groupes, mais l’infiltration de lymphocytes T était moins marquée chez les rats faLIN que chez les rats faTEM. Conclusions : L’apport alimentaire d’huile de lin riche en ALA chez les rats Zucker obèses a permis de réduire l’hypertrophie adipocytaire, la concentration du marqueur de l’inflammation MCP‑1 et celle de la protéine TNF‑a, ainsi que l’infiltration des lymphocytes T dans le tissu adipeux. Nous avons également constaté une légère amélioration d’autres paramètres de l’obésité. Ces résultats semblent indiquer que l’huile de lin riche en ALA procure des bienfaits pour la santé dans les cas d’obésité.

Date de publication

2012-08-01

Profils d'auteurs