Development of biocontrol agents from food microbial isolates for controlling post-harvest peach brown rot caused by Monilinia fructicola

Citation

Zhou, T., Schneider, K.E., et Li, X.-Z. (2008). « Development of biocontrol agents from food microbial isolates for controlling post-harvest peach brown rot caused by Monilinia fructicola. », International Journal of Food Microbiology, 126(1-2), p. 180-185. doi : 10.1016/j.ijfoodmicro.2008.05.020

Résumé

Dans le cadre de la mise au point d’agents de lutte biologique, nous avons utilisé une stratégie inusitée pour le dépistage de microorganismes alimentaires possédant une activité biologique contre le Monilinia fructicola, responsable de la pourriture brune des pêches. Pour commencer, nous avons vérifié l’activité biologique de 44 isolats microbiens sur des pommes. Comparativement au témoin constitué du pathogène uniquement, sept des 44 isolats réduisaient l’incidence de pourriture brune d’un facteur supérieur à 50 %. Parmi ces microorganismes, quatre bactéries : Bacillus sp. C06, Lactobacillus sp. C03 b, Bacillus sp. T03 c et Lactobacillus sp. P02 et trois levures : Saccharomyces delbrueckii A50, S. cerevisiae YE 5 et S. cerevisiae A41. Huit isolats microbiens ont été choisis pour les tests effectués sur des pêches : des mélanges de cultures microbiennes individuelles et d’une suspension de conidies de M. fructicola ont été inoculés dans des blessures des fruits. Après cinq jours d’incubation à 22 °C, seuls deux des mélanges présentaient une activité biologique significative : C. Bacillus sp. C06 a réduit l’incidence de pourriture brune de 92 % et le diamètre des lésions d’un facteur de 88 % comparativement à l’inoculation avec le pathogène uniquement. L’isolat Bacillus sp. T03 c a réduit l’incidence et le diamètre des lésions de 40 et de 62 %, respectivement. Les deux isolats ont été comparés avec la souche Pseudomonas syringae MA 4, un agent de lutte biologique contre les maladies touchant les pêches récoltées : les pêches ont été trempées dans une solution contenant des isolats individuels de microorganismes et des conidies du pathogène. Les traitements effectués avec les isolats MA 4, C06 et T03 c ont permis de réduire la pourriture brune d’un facteur de 91, 100 et 100 % respectivement. Cependant, seuls les isolats MA 4 et C06 ont réduit la pourriture brune de 80 % et de 15 %, respectivement, lorsque seules les cellules bactériennes ont été appliquées. Chez des pêches infectées naturellement, la culture bactérienne ainsi que le filtrat acellulaire de l’isolat C06 ont tous les deux permis de réduire la pourriture des pêches de 77 et de 90 %, respectivement, tandis que le traitement consistant uniquement en des cellules bactériennes n’a eu aucun effet dans l’ensemble. L’isolat C06 provient d’une colonie individuelle isolée d’un ferment mésophile de fromage et a été identifié comme une souche de Bacillus amyloliquefaciens. Nos résultats montrent clairement que l’isolat C06 présente un potentiel considérable en tant qu’agent de lutte biologique.

Date de publication

2008-08-15

Profils d'auteurs