Comparaison des méthodes de quantification des émissions de gaz à effet de serre des systèmes de culture en ACV

Citation

Goglio, P., Smith, W.N., Grant, B.B., Desjardins, R.L., Gao, X., Hanis, K., Tenuta, M., Campbell, C.A., McConkey, B.G., Nemecek, T., Burgess, P.J., Williams, A.G. (2018). A comparison of methods to quantify greenhouse gas emissions of cropping systems in LCA. Journal of Cleaner Production, [online] 172 4010-4017. http://dx.doi.org/10.1016/j.jclepro.2017.03.133

Résumé en langage clair

Le dioxyde de carbone et l’oxyde nitreux sont deux importants gaz à effet de serre (GES) émis par les systèmes de culture. Leurs émissions peuvent varier considérablement selon le climat, le sol et la gestion des cultures. Bien qu’il existe différentes méthodes pour tenir compte des émissions de GES dans les évaluations du cycle de vie (ECV) de la production agricole, il n’y a pas de procédures normalisées. Dans la présente étude, les objectifs étaient les suivants : (i) comparer plusieurs méthodes d’estimation des émissions de CO2 et de N2O pour une ECV des systèmes de culture et (ii) estimer la contribution relative des émissions de GES du sol par rapport au potentiel de réchauffement planétaire (PRP) global à l’aide de résultats d’une expérience au champ réalisée au Manitoba, au Canada. Les méthodes utilisées étaient les suivantes : (A) mesures; (B) Méthodologie de niveau I et (C) de niveau II du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), (D) un modèle de carbone simple combiné à la méthodologie de niveau II du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour les émissions de N2O du sol, et (E) le modèle d’agroécosystème DNDC (DeNitrification DeComposition). Les PRP estimés étaient semblables aux résultats obtenus précédemment en Amérique du Nord, et aucune différence statistique entre les PRG fondée sur les méthodes D et E n’a été mise en évidence d’après les observations. Les cinq méthodes ont donné des estimations des émissions de CO2 du sol qui ne différaient pas les unes des autres sur le plan statistique, tandis que pour les émissions de N2O, seules les estimations de la DNDC étaient similaires aux observations. Pour tous les types de cultures, toutes les méthodes ont donné des estimations comparables des émissions de CO2 et de N2O pour les cultures vivaces et les légumineuses, mais seule la DNDC a donné des résultats similaires en ce qui concerne les observations pour les cultures annuelles et céréalières. Même si les résultats doivent être confirmés pour d’autres localités, le modèle d’agroécosystème et la méthode D peuvent être utilisés, certainement dans une localité choisie, au lieu des observations pour l’estimation des GES en ECV en milieu agricole.

Résumé

© 2017 Le dioxyde de carbone et l’oxyde nitreux sont deux importants gaz à effet de serre (GES) émis par les systèmes de culture. Leurs émissions peuvent varier considérablement selon le climat, le sol et la gestion des cultures. Bien qu’il existe différentes méthodes pour tenir compte des émissions de GES dans les évaluations du cycle de vie (ECV) de la production agricole, il n’y a pas de procédures normalisées. Dans la présente étude, les objectifs étaient les suivants : (i) comparer plusieurs méthodes d’estimation des émissions de CO2 et de N2O pour une ECV des systèmes de culture et (ii) estimer la contribution relative des émissions de GES du sol par rapport au potentiel de réchauffement planétaire (PRP) global à l’aide de résultats d’une expérience au champ réalisée au Manitoba, au Canada. Les méthodes utilisées étaient les suivantes : (A) mesures; (B) Méthodologie de niveau I et (C) de niveau II du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), (D) un modèle de carbone simple combiné à la méthodologie de niveau II du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour les émissions de N2O du sol, et (E) le modèle d’agroécosystème DNDC (DeNitrification DeComposition). Les PRP estimés (−7,2–17 Mg éq. CO2 ha−1 an−1; −80 à 600 kg éq. CO2 GJ−1 an−1) étaient semblables aux résultats obtenus précédemment en Amérique du Nord, et aucune différence statistique entre les PRG fondée sur les méthodes D et E n’a été mise en évidence d’après les observations. Les cinq méthodes ont donné des estimations des émissions de CO2 du sol qui ne différaient pas les unes des autres sur le plan statistique, tandis que pour les émissions de N2O, seules les estimations de la DNDC étaient similaires aux observations. Pour tous les types de cultures, toutes les méthodes ont donné des estimations comparables des émissions de CO2 et de N2O pour les cultures vivaces et les légumineuses, mais seule la DNDC a donné des résultats similaires en ce qui concerne les observations pour les cultures annuelles et céréalières. Même si les résultats doivent être confirmés pour d’autres localités, le modèle d’agroécosystème et la méthode D peuvent être utilisés, certainement dans une localité choisie, au lieu des observations pour l’estimation des GES en ECV en milieu agricole.

Date de publication

2018-01-20