Community structure of ericoid mycorrhizas and root-associated fungi of Vaccinium membranaceum across an elevation gradient in the Canadian Rocky Mountains

Citation

Gorzelak, M.A., Hambleton, S., et Massicotte, H.B. (2012). « Community structure of ericoid mycorrhizas and root-associated fungi of Vaccinium membranaceum across an elevation gradient in the Canadian Rocky Mountains. », Fungal Ecology, 5(1), p. 36-45. doi : 10.1016/j.funeco.2011.08.008

Résumé

La plasticité écologique du Vaccinium membranaceum permet à cet arbuste de la famille des Éricacées d’être présent depuis le fond des vallées jusqu’aux milieux alpins. Nous avons profité de cette plasticité pour vérifier si la structure des communautés de champignons associées à ses racines varie selon un gradient d’altitude dans le centre-est de la Colombie-Britannique. Nous avons étudié ces communautés en utilisant l’arbuste comme variable indépendante et en exploitant les caractéristiques de la plante et du sol le long du gradient pour modéliser le changement du climat. Nous avons étudié les racines colonisées de 40 sujets, par séquençage CDS (culture-dependent sequencing) et analyse ARISA (automated ribosomal intergenic spacer analysis). Nous avons ainsi constaté que les communautés de haute altitude, caractérisées par le Rhizoscyphus ericae, différaient de celles de basse altitude, dont le champignon le plus fréquemment isolé était le Phialocephala fortinii. Une analyse de cooccurrence nous a permis de constater que la présence simultanée de certains champignons était globalement plus fréquente que ne le permettrait une répartition aléatoire. À l’échelle de chaque individu de l’espèce hôte, la facilitation joue donc peut-être un rôle plus important que la compétition dans la formation des communautés de champignons de ces écosystèmes.