Charges de fumier de bovins et répercussions sur la disponibilité du Cu et du Zn sous des conditions de culture irriguée et non irriguée

Citation

Indraratne, S.P., Spengler, M., Hao, X. (2021). Cattle manure loadings and legacy effects on copper and zinc availability under rainfed and irrigated conditions. Canadian Journal of Soil Science, [online] 101(2), 305-316. http://dx.doi.org/10.1139/cjss-2020-0124

Résumé en langage clair

L’épandage à long terme de fumier de bovins entraîne l’accumulation d’éléments nutritifs et peut également entraîner l’enrichissement des sols en éléments traces. Nos données recueillies sur une période de 45 ans laissent supposer des effets durables, le temps de rétablissement jusqu’au niveau précédant l’épandage du fumier allant de 10 à 20 ans pour le Cu et de 23 à 41 ans pour le Zn en culture irriguée, et de 10 à 24 ans pour le Cu et de 21 à 32 ans pour le Zn en culture non irriguée. Ainsi, l’épandage à long terme de fumier de bovins à un taux élevé entraînera une accumulation de Cu et de Zn dans le sol, ce qui aura des répercussions durables et posera un risque environnemental accru de lessivage vers les eaux souterraines.

Résumé

L’épandage à long terme de fumier de bovins entraîne l’accumulation d’éléments nutritifs et peut également entraîner l’enrichissement des sols en éléments traces. Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer les charges de Cu et de Zn dans le sol durant l’épandage annuel continu de fumier de bovins, et de déterminer le temps nécessaire pour que le sol revienne à ses niveaux de Cu et de Zn disponibles originaux une fois que l’épandage a cessé. Les taux d’épandage de fumier étaient de 0, 30, 60 et 90 Mg ha-1 pour les parcelles non irriguées et de 0, 60, 120 et 180 Mg ha-1 (poids humide) pour les parcelles irriguées. Bien que du fumier ait été épandu durant 45 ans dans certaines parcelles, l’épandage a été interrompu dans un sous-ensemble de traitements après 14 ans et dans un autre sous-ensemble après 30 ans pour permettre l’étude des effets des traitements passés après 31 et 15 ans, respectivement. Des échantillons de sol ont été prélevés à l’automne 2003, 2008, 2013 et 2018 et analysés quant à leur teneur en Cu et en Zn. Chaque année, les cultures ont été cultivées de façon continue et les concentrations de Cu et de Zn ont été mesurées dans le fourrage et les grains récoltés. Le modèle de régression mis au point à l’aide des données recueillies laisse supposer des effets durables, le temps de rétablissement jusqu’à la concentration d’avant l’épandage de fumier allant de 10 à 20 ans pour le Cu et de 23 à 41 ans pour le Zn dans les parcelles irriguées, et de 10 à 24 ans pour le Cu et de 21 à 32 ans pour le Zn dans les parcelles non irriguées. L’épandage à long terme de fumier de bovins pourrait entraîner une accumulation de Cu et de Zn, créant des effets à long terme dans les sols et un risque environnemental accru de lessivage vers les eaux souterraines.

Date de publication

2021-01-01