Caractère saisonnier de la rétention du phosphore et du nitrate dans les zones tampons riveraines

Citation

Satchithanantham, S., English, B., Wilson, H. (2019). Seasonality of phosphorus and nitrate retention in riparian buffers. Journal of Environmental Quality, [online] 48(4), 915-920. http://dx.doi.org/10.2134/jeq2018.07.0280

Résumé en langage clair

• L’absorption de NO3-N et de PRD a été évaluée dans des zones tampons riveraines à l’aide de traceurs de dépistage.
• L’absorption d’éléments nutritifs a fait l’objet d’une comparaison entre les diverses saisons dans une région où le climat est froid.
• Les rejets de nutriments (plutôt que l’absorption) ont été observés fréquemment pour le PRD.
• L’absorption de PRD était en corrélation négative avec les niveaux de phosphate dans le sol.
• La sorption/désorption semble être le principal régulateur de la rétention de PRD.

Résumé

rétention des éléments nutritifs dissous dans les zones riveraines où il y a ruissellement de la fonte des neiges est beaucoup moins fréquente que la mesure du ruissellement pluvial, mais de faibles taux d’absorption ou de libération d’éléments nutritifs avec la fonte des neiges ont été attribués aux sols gelés, à une absorption biotique plus faible et à la libération d’éléments nutritifs par la végétation morte. Dans la recherche présentée ici, nous examinons la question à savoir si le potentiel d’absorption de phosphore réactif dissous (PRD) et de NO3 diffère considérablement entre la saison de la fonte des neiges et la saison d’été, en nous fondant sur le débit passant par 13 zones tampons riveraines en aval de terres cultivées au Manitoba, au Canada. Les zones tampons à écoulement continu dans les petits canaux sont typiques de ce paysage, et des rejets pulsés d’un traceur non dégradable et d’éléments nutritifs dissous ont été utilisés pour mesurer les taux d’absorption. Bien que les taux moyens d’absorption du NO3 aient été plus élevés en été qu’au moment de la fonte des neiges, les réponses variaient grandement. Le taux d’absorption aérienne de PRD a affiché des relations négatives importantes avec le sol P Olsen (R2 = 0,54, p < 0,001) et un indice de saturation en P (R2 = 0,48, p < 0,001) pendant les deux saisons. Les processus biologiques peuvent avoir une plus grande importance pour la rétention du NO3, mais la rétention de PRD semble être déterminée par l’adsorption-désorption, quelle que soit la saison. P Olsen est considéré comme un bon indicateur du risque de rejet ou de rétention du PRD dans les zones tampons riveraines avec des sols calcaires à texture fine, autant pour le moment de la fonte des neiges que pour la saison d’été. L’analyse du sol peut être un bon outil pour faciliter l’implantation de nouvelles zones tampons et pour suivre l’efficacité des interventions de gestion visant à retirer le phosphore des zones riveraines, comme la récolte de la végétation.