Associations entre le microbiote du rumen et la valeur de la carcasse et la qualité de la viande chez les bovins de boucherie

Citation

Holman, D.B., Gzyl, K.E., Scott, H., Prieto, N., López-Campos, Ó. Associations between the rumen microbiota and carcass merit and meat quality in beef cattle. Applied Microbiology and Biotechnology, [online] 108(1), http://dx.doi.org/10.1007/s00253-024-13126-1

Résumé en langage clair

Le microbiome du rumen joue un rôle crucial dans la santé et la productivité des bovins de boucherie. Ces bactéries facilitent la décomposition des matières végétales complexes en nutriments que les bovins peuvent utiliser comme énergie. Mais saviez-vous qu’elles peuvent également influencer la qualité du bœuf produit? Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont examiné comment différents types de bactéries présentes dans le rumen influencent la qualité du bœuf et des caractéristiques des carcasses de bovins.

Des échantillons du contenu du rumen ont été prélevés sur 201 bouvillons abattus et on a établir le profil du microbiome. Des données sur la qualité des carcasses et du bœuf provenant de ces bouvillons ont ensuite été recueillies. Il a été établi que certaines bactéries du rumen étaient liées à certaines caractéristiques du bétail. Par exemple, Selenomonas spp. ont été associées à un poids de carcasse plus élevé et à une meilleure qualité de la viande, tandis que d’autres, comme les Ruminococcaceae UCG-001, ont été associées à un poids de carcasse plus faible.

Fait intéressant, des genres bactériens comme Moryella et Christensenellaceae R-7 ont été associés à une teneur en gras plus élevée de la viande, ce qui est un facteur important pour déterminer la saveur et la tendreté du bœuf.

Dans l’ensemble, cette étude met en lumière la relation complexe qui existe entre le microbiome du rumen et la qualité du bœuf produit par les bovins. La compréhension de ces liens pourrait aider les producteurs à améliorer l’alimentation de leurs bovins ou à élaborer de nouvelles stratégies pour améliorer la qualité du bœuf, ce qui profiterait à la fois aux producteurs et aux consommateurs.

Résumé

Le microbiote du rumen est important pour l’apport d’énergie et de nutriments chez les bovins et, par conséquent, sa composition peut également avoir une incidence sur la valeur des carcasses et les attributs de qualité de la viande. Dans la présente étude, nous avons examiné les associations entre les archées et les taxons bactériens du microbiote du rumen des bovins de boucherie et 12 attributs différents, dont le poids de la carcasse à chaud (PCC), le rendement de la carcasse, la surface du faux-filet (SFF), la teneur en gras intramusculaire, le degré de persillage, l’épaisseur du gras, la catégorie de rendement, la teneur en humidité, la perte au ressuage et la force de cisaillement. On a observé des corrélations importantes entre l’abondance relative de certains genres d’archées et de bactéries et ces attributs. Il convient de noter qu’il existe une corrélation positive entre Selenomonas spp. et le poids vif et le PCC, et une corrélation négative entre ces bactéries et la perte au ressuage. Les membres des genres Christensenellaceae R-7, Moryella et Prevotella ont présenté une corrélation positive et significative avec divers attributs, comme le pourcentage de rendement et la teneur en gras intramusculaire. On a constaté une corrélation négative entre les Ruminococcaceae UCG-001 et le poids vif, le PCC et le rendement de la carcasse, et aussi une corrélation négative entre les Acidaminococcus et les Succinivibrionaceae UCG-001 et la teneur en gras intramusculaire, la teneur en humidité et le degré de persillage. Dans l’ensemble, nos constatations laissent croire que certaines variations du microbiote du rumen pourraient être un outil précieux pour améliorer la valeur des carcasses de bœuf et les attributs de qualité de la viande. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre la relation entre le microbiote du rumen et ces attributs, et ces recherches pourraient permettre d’élaborer des stratégies ciblant le microbiome dans le but d’améliorer la production de bœuf.