Association de la résistance aux composés de l’ammonium quaternaire et aux acides organiques avec des marqueurs génétiques et leur relation avec le sérogroupe d’Escherichia coli.

Citation

Castro, V.S., Fang, Y., Yang, X., Stanford, K. (2023). Association of resistance to quaternary ammonium compounds and organic acids with genetic markers and their relationship to Escherichia coli serogroup. Food Microbiology, [online] 113 http://dx.doi.org/10.1016/j.fm.2023.104267

Résumé en langage clair

Les désinfectants et les acides organiques sont couramment utilisés dans les usines de transformation des aliments pour lutter contre les agents pathogènes préoccupants et, dans le cas de la viande bovine, contre les Escherichia coli producteurs de shigatoxines (STEC). E. coli, en tant qu’espèce, est très polyvalente et il est donc nécessaire d’adopter une approche en population pour examiner sa résistance aux désinfectants et aux acides organiques ainsi que les mécanismes génétiques sous-jacents. Dans ce travail, un grand nombre (n=746) d’E. coli ont été comparés pour leur réponse aux désinfectants et à l’acide lactique et une population sélectionnée a été séquencée (génome entier) et analysée. Les résultats montrent que différents sous-groupes de STEC réagissent différemment à ces traitements et que certains marqueurs génétiques de résistance à la chaleur peuvent jouer un rôle dans la résistance aux acides et aux désinfectants chez E. coli. Les résultats fournissent des informations pour mieux lutter contre les STEC dans les milieux de transformation des aliments.

Résumé

La résistance aux désinfectants fait l’objet d’études approfondies en raison du risque de survie des bactéries et de la résistance croisée potentielle avec d’autres agents antimicrobiens. De même, les acides organiques sont utilisés en raison de leur potentiel d’inactivation des micro-organismes et du fait qu’ils sont généralement reconnus comme sûrs. Cependant, on en sait peu sur l’association entre les facteurs génétiques et phénotypiques chez Escherichia coli et la résistance aux désinfectants et aux acides organiques, ainsi que sur les différences entre les sérogroupes des sept plus importants. Nous avons donc étudié 746 isolats d’E. coli pour déterminer leur résistance à l’acide lactique et à deux désinfectants commerciaux à base d’ammonium quaternaire et d’acide peracétique. En outre, nous avons déterminé s’il existe une corrélation entre la résistance et plusieurs marqueurs génétiques et étudié 44 isolats à l’aide du séquençage du génome entier. Les résultats indiquent que les facteurs liés à la motilité, à la formation de biofilms et au locus de résistance à la chaleur jouent un rôle dans la résistance aux désinfectants et à l’acide lactique. En outre, les sept principaux sérogroupes diffèrent de manière significative en ce qui concerne la résistance aux désinfectants et à l’acide, le sérogroupe O157 étant le plus systématiquement résistant à tous les traitements. Enfin, des mutations dans les gènes rpoA, rpoC et rpoS ont été observées, en plus de la présence d’un gène Gad avec formation d’alpha-toxine pour tous les isolats O121 et O145, ce qui pourrait être lié à une résistance accrue de ces sérogroupes aux acides utilisés dans la présente étude.

Date de publication

2023-08-01

Profils d'auteurs