Algues marines et composés bioactifs des algues pour l’atténuation du méthane entérique : obstacles et possibilités

Citation

Abbott, D.W., Aasen, I.M., Beauchemin, K.A., Grondahl, F., Gruninger, R., Hayes, M., Huws, S., Kenny, D.A., Krizsan, S.J., Kirwan, S.F., Lind, V., Meyer, U., Ramin, M., Theodoridou, K., Soosten, D.V., Walsh, P.J., Waters, S., Xing, X. (2020). Seaweed and seaweed bioactives for mitigation of enteric methane: Challenges and opportunities, 10(12), 1-28. http://dx.doi.org/10.3390/ani10122432

Résumé en langage clair

Le besoin d’accroître l’efficacité de l’agriculture et de l’industrie alimentaire va de pair avec les difficultés posées par les changements climatiques. La production de viande et de produits laitiers fait l’objet de beaucoup d’attention en raison des émissions de méthane (CH4) et du réchauffement climatique. Par ailleurs, il convient de noter que les deux tiers des terres agricoles mondiales sont constitués de pâturages et de prairies permanentes et sont utilisés pour le pâturage du bétail. Ces terres sont en grande partie impropres à la culture, mais elles facilitent la production de protéines comestibles de haute qualité sous forme de viande et de lait issus des ruminants. Cela contribue de manière significative à l’alimentation de la population mondiale. Il faut toutefois réduire les émissions de CH4, et plusieurs approches sont actuellement à l’étude. Les algues marines sont des plantes diversifiées contenant des composés bioactifs qui diffèrent des composés des plantes terrestres, et elles sont de plus en plus étudiées comme suppléments alimentaires pour l’atténuation du CH4 entérique. Les algues sont riches en composés bioactifs, notamment en protéines, en glucides et, dans une moindre mesure, en lipides, en saponines, en alcaloïdes et en peptides. Ces composés pourraient également figurer comme ingrédients des aliments pour animaux afin de réduire le CH4 entérique. Dans le présent article, nous recueillons de l’information sur les algues et les composés bioactifs des algues et sur leur effet potentiel sur les émissions entériques de CH4.

Résumé

© 2020 par les auteurs. Titulaire de la licence MDPI, Bâle, Suisse. Les algues marines contiennent une myriade de nutriments et de substances bioactives, notamment des protéines, des glucides et, dans une moindre mesure, des lipides, ainsi que de petites molécules, telles que des peptides, des saponines, des alcaloïdes et des pigments. Le bromoforme bioactif Asparagopsis taxiformis trouvé dans l’algue rouge a été identifié comme un agent pouvant réduire de manière significative la production de CH4 entérique par le bétail. Cependant, l’approvisionnement durable de cette algue pose problème, et la durabilité de sa production, ainsi que les effets environnementaux négatifs possibles sur la couche d’ozone et les effets du bromoforme sur la santé suscitent certaines inquiétudes. Le présent article rassemble des données sur les algues marines et les composés bioactifs des algues, ainsi que sur les effets documentés sur les émissions de CH4 in vitro et in vivo ainsi que sur les effets environnementaux, économiques et sanitaires qui y sont associés.