Advances in Fruit Breeding In Eastern Canada - Role of Phytochemicals in Designing Specialty Fruits.

Citation

Khanizadeh, S., Tsao, R., Rékika, D., Yang, R., Charles, M.T., et Rupasinghe, H.P.V. (2009). « Advances in Fruit Breeding In Eastern Canada - Role of Phytochemicals in Designing Specialty Fruits. », Acta Horticulturae (ISHS), 814, p. 205-208.

Résumé

Il a été établi que la consommation d’une grande quantité de fruits et légumes riches en substances phytochimiques, et particulièrement en antioxydants, réduit le risque de nombreuses maladies chroniques, dont le cancer et les maladies cardiovasculaires. Les aliments à valeur ajoutée et les produits nutraceutiques renfermant de tels composés bioactifs ont gagné en popularité et sont aujourd’hui disponibles sur le marché. Or, de nombreux facteurs affectent la teneur des fruits en substances phytochimiques, dont les pratiques agricoles, les facteurs environnementaux et le microclimat. Il faut compter parmi ces facteurs les méthodes de production, le degré de maturité des fruits ainsi que leur manutention avant et après la récolte. Cependant, ce sont probablement des facteurs génétiques qui influent le plus sur la biosynthèse des métabolites secondaires à activité antioxydante. La concentration d’antioxydants varie grandement parmi les divers cultivars et lignées généalogiques de pommiers, de fraisiers et de framboisiers, et elle pourrait servir de marqueur pour la sélection de nouvelles lignées. L’augmentation et/ou la diminution de la concentration de substances phytochimiques pourrait même permettre la mise au point de fruits de spécialité : une élévation de la concentration d’antioxydants pourrait prolonger la durée de conservation des fruits et réduire les risques de maladies, tandis que la modulation spécifique de certains antioxydants permettrait de modifier des caractéristiques déterminant la qualité du fruit. Nous proposons plusieurs exemples, dont ceux de fraises et framboises riches en substances phytochimiques ainsi que de pommes qui ne brunissent pas après la coupe parce qu’elles sont pauvres en certains antioxydants.