Michael Fruci, Ph.D

Image Michael Fruci
Chercheur scientifique

La médecine moderne et les pratiques vétérinaires et agricoles dépendent largement de la disponibilité des antibiotiques pour prévenir et traiter les infections bactériennes chez les humains, les animaux et les plantes. Cependant, la surutilisation et le mauvais usage de ces médicaments depuis 80 ans ont conduit à l’évolution et à la propagation de bactéries qui résistent aux antibiotiques et menacent la santé humaine et animale. Les travaux de recherche menés dans le laboratoire Fruci visent à a) identifier et caractériser de nouveaux antibiotiques de rechange qui favorisent la santé animale et b) identifier les pratiques agricoles, autres que l’usage d’antibiotiques, qui favorisent l’évolution et la propagation des bactéries résistantes aux antibiotiques. Collectivement, ces travaux de recherche aideront à mettre au point de nouvelles solutions antimicrobiennes et appuieront les efforts de gérance ultérieurs.

Recherche et / ou projets en cours

Recherches ou projets actuels

1. Face à la restriction accrue de l’utilisation d’antibiotiques dans la production avicole et à la hausse de la demande à la consommation de produits « élevés sans antibiotiques », il est nécessaire de mettre au point des pratiques de production fiables, novatrices et écologiques qui  tiennent compte de plusieurs effets positifs des antimicrobiens, y compris la promotion de la croissance des animaux, la prévention des infections bactériennes et la réduction des émissions de composés volatils issus du fumier (p. ex. ammoniac). Une solution de rechange prometteuse consiste à utiliser une farine d’insectes commerciale préparée à partir de larves élevées sur des déchets avant consommation (p. ex. fruits et légumes gâtés, grains moisis), comme aliment fonctionnel pour la volaille; la farine d’insectes est une source riche d’éléments nutritifs (p. ex. protéines, acides gras, minéraux) et d’agents antimicrobiens et immunomodulateurs (p. ex. chitine et acides gras). Tandis que la valeur nutritionnelle de la farine d’insectes et son incidence sur la croissance et l’efficience alimentaire de la volaille est bien documentée, il importe d’évaluer les effets prébiotiques, antimicrobiens et immunomodulateurs potentiels de cette farine sur la santé de la volaille. Le projet vise principalement à étudier les effets que l’utilisation de farine d’insectes plutôt que d’aliments conventionnels (p. ex. soja) dans les régimes alimentaires des poulets à griller a sur leur croissance, leur santé intestinale, leur résistance aux maladies infectieuses et l’environnement. Les résultats de cette étude serviront de fondement aux aviculteurs canadiens pour adopter l’alimentation à base de farine d’insectes de façon à assurer la santé optimale de la volaille, tout en soutenant une économie circulaire dans la production avicole canadienne.

2.  La surutilisation et le mauvais usage d’antibiotiques en agriculture ont conduit à l’évolution et à la propagation de bactéries qui résistent aux antibiotiques et menacent la santé humaine et animale. Malheureusement, la réduction de l’utilisation des antibiotiques en agriculture ne suffira probablement pas à réduire la prolifération et la propagation des bactéries résistantes aux antibiotiques. En effet, les bactéries résistantes aux antibiotiques peuvent également être sélectionnées et maintenues par des agents autres que les antibiotiques. L’utilisation de métaux, de pesticides et de détergents, qui sont tous largement utilisés en agriculture, peut sélectionner et sélectionne effectivement des agents pathogènes résistants aux médicaments. Ce phénomène est appelé « cosélection ». Nous cherchons à identifier les pratiques agricoles qui favorisent l’évolution, l’accumulation et la dissémination de bactéries connues et nouvelles qui résistent aux antibiotiques. Ce faisant, nous pouvons ensuite contribuer à de meilleures pratiques de gestion pour réduire l’accumulation et la transmission des bactéries résistantes aux antibiotiques en agriculture, de sorte que notre arsenal actuel d’antibiotiques utilisés pour traiter les infections bactériennes chez les humains et les animaux demeure efficace.

Prix et études

Doctor of Philosophy in Microbiology and Immunology Sept. 2011-June 2017 Department of Microbiology and Immunology, Queen’s University, Kingston, Ontario PhD Thesis: Regulation of the MexAB-OprM multidrug efflux system of Pseudomonas aeruginosa

BSc. (Hons.) Life Sciences, with Distinction Sept. 2007- May 2011 Queen’s University, Kingston, Ontario Undergraduate Thesis: Pentachlorophenol induction of a clinically relevant antimicrobial efflux system in Pseudomonas aeruginosa

Affiliations

Professeur auxiliaire – Université Western Ontario, Département de microbiologie et d’immunologie

Membre de l’American Society for Microbiology

Membre de l’American Society of Microbiologists

Langue

Anglais