Résilience de l’agroécosystème

Swift Current Fermier

Des systèmes de culture intégrée et de meilleures pratiques de gestion des céréales, des légumineuses, des fourrages et des espèces ligneuses permettent d’améliorer la performance environnementale et la durabilité, les pratiques relatives aux apports d’eau pour l’agriculture et à l’utilisation durable de l’eau, de mettre au point des technologies d’irrigation et de drainage et d’intégrer des arbres dans les cultures et les élevages.

Des solutions efficaces

  • Évaluation, amélioration et multiplication de plus de 50 espèces d’arbres et d’arbustes; collection de ressources génétiques pour la reproduction, l’adaptation aux changements climatiques et la préservation.

  • Établissement de zones tampons riveraines pour protéger l’habitat du poisson du ruissellement des terres agricoles.

  • Amélioration des techniques de gestion des engrais (doses d’engrais, moment de l’application, sources d’éléments nutritifs, méthodes d’application) permettant d’accroître le rendement en grains et leur teneur en protéines, de minimiser les émissions de gaz à effets de serre et de maximiser les retombées économiques.

  • Élaboration de pratiques de travail réduit du sol et de pratiques sans travail du sol (céréales, oléagineux et légumineuses) permettant d’augmenter les rendements, de conserver l’humidité du sol, d’accroître la matière organique et la séquestration du carbone dans les sols, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de protéger les sols de l’érosion éolienne et hydrique ainsi que d’améliorer l’efficacité énergétique et le rendement économique.

  • Mise au point de méthodes de conservation des résidus de culture à la surface pour protéger le sol contre l’érosion, accroître la conservation de l’eau dans le sol (rétention de la neige) et maintenir, voire améliorer, la matière organique dans le sol et la durabilité environnementale.

  • Élaboration et validation de modèles de sols et de cultures ainsi que de systèmes de soutien à la décision pour les Prairies.

  • Utilisation de parcelles de rotation à long terme afin d’évaluer la durabilité de la production, les émissions de gaz à effet de serre (GES), les risques et les rendements nets ainsi que la consommation d’énergie, et les répercussions du changement climatique; analyse de l’influence des parcelles de rotation à long terme sur les objectifs canadiens lors des négociations internationales en matière de réduction des émissions de GES.