Programme sur l'usine pilote

Le Centre de recherche et de développement de Guelph comprend une installation pilote unique en son genre de recherche sur les aliments. Dans cette usine pilote, nos chercheurs mettent à l'essai les technologies de transformation des aliments nouvelles et existantes aidant ainsi les entreprises canadiennes de transformation alimentaire à respecter des normes de sécurité alimentaire très strictes. Ils travaillent de concert avec l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Santé Canada, l'Agence de santé publique du Canada, les chercheurs universitaires et les acteurs de l'industrie de la transformation des aliments. Ils améliorent ainsi la salubrité des aliments pour tous les Canadiens.

Jetez un coup d'œil à cette courte vidéo pour en savoir plus.

Transcription de la vidéo

[Une musique de genre science-fiction commence à jouer.]

Texte à l’écran : Agriculture et Agroalimentaire Canada – Agriculture and Agri-Food Canada

Texte à l’écran : Programme sur l'usine pilote

[Des petits symboles animés apparaissent à côté du texte à l’écran, incluant un bécher, un microscope, un symbole de danger biologique, etc.]

[Vue aérienne du Centre de recherche et de développement de Guelph. Le texte à l’écran apparaît dans une police animée, planant au-dessus du centre de recherche.]

Texte à l’écran : Centre de Recherche et de Développement de Guelph

M. Sampathkumar Balamurugan parle : L’usine pilote du Centre de recherche et de développement de Guelph est une usine pilote certifiée de niveau de confinement deux…

Texte à l’écran : S. Balamurugan, Ph.D. – Chercheur – Centre de Recherche et de Développement de Guelph

[M. Balamurugan parle à la caméra, alors qu’il se tient dans le couloir du centre de recherche.]

…qui a pour but d’aider l’industrie de la transformation des aliments à respecter les exigences en salubrité des aliments ainsi qu’à mettre au point et à valider des technologies de transformation des aliments afin d’atténuer les risques liés à la salubrité des aliments.

[Vue intérieure d’une salle de laboratoire remplie d’équipement de laboratoire et de trois chercheurs travaillant en arrière-plan. Vue rapprochée d’un chercheur scientifique découpant un gros morceau de viande crue. Il place les morceaux de viande crue dans un récipient rempli de liquide clair. M. Balamurugan discute avec le directeur alors qu’ils traversent le centre de recherche.]

[Jeffrey Farber parle à la caméra avec une salle de laboratoire remplie d’équipement de laboratoire derrière lui.]

Texte à l’écran : Jeffrey Farber, Ph.D. – Directeur – Institut Canadien de Recherche en Sécurité Alimentaire

Jeffrey Farber : C’est la seule usine pilote de ce genre qui est financée au moyen des fonds publics et qui est située là où on en a le plus besoin.

[Vue rapprochée du maïs se déplaçant le long d’un tapis roulant alors que les travailleurs planent et travaillent autour du maïs. Découpez en gros plan plusieurs blocs de fromage se déplaçant le long d’un tapis roulant. Vue rapprochée d’un travailleur manipulant et coupant des saucisses de viande suspendues.]

De nombreux transformateurs d’aliments se trouvent dans le Sud de l’Ontario alors cette installation occupe un emplacement idéal.

[Vue aérienne du centre de recherche entouré par la ville de Guelph.]

[Un chercheur manipule de l’équipement de laboratoire et travaille assis à un poste de travail. Vue rapprochée du chercheur manipulant des tubes à essai remplis de fluides.]

Daphne Nuys-Hall parle : La recherche a toujours été un mystère pour nos membres. Alors ça permet, dans un sens, d’éclaircir le mystère. Ils collaborent avec les chercheurs afin de comprendre les exigences.

[Daphne Nuys-Hall parle à la caméra.]

Texte à l’écran : Daphne Nuys-Hall – Directrice Technique – Ontario Independent Meat Processors

[Vue aérienne de plusieurs travailleurs travaillant sur des tapis roulants avec de gros morceaux de viande crue. Couper en gros plan des ouvriers coupant les morceaux de viande crue.]

M. Balamurugan : Ils peuvent travailler avec des produits alimentaires de taille commerciale dans des emballages commerciaux et manipuler de grands volumes d’agents pathogènes qui ont causé des éclosions.

[Vue rapprochée d’un travailleur plaçant des saucisses de viande dans des emballages regroupés sur un tapis roulant. Vue rapprochée d’un chercheur plaçant des cartes étiquetées dans une rangée sur un comptoir. Un chercheur manipule des tubes à essai remplis de liquide et utilise un compte-gouttes pour déposer du liquide clair sur les cartes étiquetées. Ensuite, ils placent des plaques de verre sur les étiquettes. Vue rapprochée d’un contenant de tubes à essai congelés.]

[Jeffrey Farber parle à la caméra.]

Jeffrey Farber : Ici, on peut fabriquer des produits alimentaires qui contiennent déjà les agents pathogènes…

[Étiquettes imprimées collées contre une porte vitrée sur lesquelles on pouvait lire « Agents pathogènes en cours d’utilisation : Salmonella Typhimurium » et « E. coli entérohémorragique (EHEC) ». Une vue floue d’un chercheur fonctionne en arrière-plan. Couper en gros plan d’un chercheur manipulant de l’équipement de laboratoire et écrit sur des plaques de verre.]

…ce qui permet de mieux simuler ce qui arrive dans la réalité.

[Jennifer Pacan parle à la caméra.]

Texte à l’écran : Jennifer Pacan – Gestionnaire de l’Usine Pilote, Agente de la Sûreté Biologique – Centre de Recherche et de Développement de Guelph

Jennifer Pacan : Nous devons utiliser de l’équipement spécialisé pour nous assurer que tout aérosol généré à l’intérieur de l’usine pilote reste dans l’usine pilote…

[Vue aérienne d’un travailleur poussant un chariot à travers une entrée de l’usine pilote. Vue rapprochée d’un thermomètre mural. Couper à un laps de temps du thermomètre et le travailleur entrant dans l’usine pilote avec le chariot. Vue intérieure de l’usine pilote. Un laps de temps continue des chercheurs travaillant avec l’équipement dans l’usine pilote.]

…Une fois rendu dans l’usine pilote tout l’équipement est manipulé dans des enceintes de confinement primaire qui fonctionnent…

[Un montage de chercheurs travaillant avec de l’équipement de laboratoire dans l’usine pilote. Plan pour une vue de l’une des unités de confinement.]

…comme des enceintes de sécurité biologique de plus petite taille que vous voyez dans les laboratoires.

[Vue des unités de confinement et des enceintes de sécurité biologique à l’intérieur du laboratoire.]

M. Balamurugan : L’usine pilote a deux principaux domaines d’intérêt.

[M. Balamurugan met un filet à cheveux.]

Le premier est l’atténuation des risques liés à la salubrité des aliments pour l’industrie et le deuxième est la mise au point et la validation de technologies de transformation des aliments dans une optique de salubrité des aliments.

[Vue rapprochée de lui marchant sur un tapis de pied tout en portant des bottes. Couper à une vue d’un chercheur travaillant dans une station et d’un autre chercheur prenant une photo d’un morceau de viande crue et coupant ensuite dans la viande. Le chercheur place un morceau de viande dans certaines technologies de transformation des aliments.]

[Un montage en accéléré montre des chercheurs travaillant avec de la viande crue et d’autres équipements de laboratoire.]

Daphne Nuys-Hall : L’usine pilote permet aux intervenants de l’industrie d’envoyer leurs produits, et/ou leurs processus, à l’usine afin qu’ils soient validés en vue de s’assurer qu’ils sont conformes aux exigences en matière de salubrité des aliments…

[Vue rapprochée des chercheurs travaillant ensemble au sein de l’usine pilote. Couper en gros plan d’un chercheur saupoudrant un assaisonnement sur des morceaux de viande crue qui sont entreposés dans un contenant.]

…et de réglementation pour les marchés nationaux et internationaux.

[Un montage de plusieurs chercheurs manipulant des morceaux de viande crue et plaçant la viande dans des sacs et scellant des récipients remplis de viande. Ils transfèrent et entreposent les contenants de viande dans un grand congélateur.]

Sampathkumar Balamurugan : Pour que le partenariat fonctionne l’industrie doit nous présenter un problème et nous donner assez d’information pour que nous comprenions comment le produit est manufacturé. Nous pourrons ainsi reproduire le processus au complet ici.

[Vue rapprochée de chercheurs accrochant des morceaux de viande crue. Coupe aux chercheurs manipulant la viande crue et la pendant dans une chambre de salaison.]

Jennifer Pacan : Nos partenaires de l’industrie peuvent s’attendre à de la discrétion et avoir confiance en nos rigoureuses procédures opérationnelles normalisées et notre importante documentation.

[Vue aérienne du centre de recherche. Vue de deux chercheurs marchant dans un laboratoire. Les chercheurs pulvérisent du liquide sur des récipients.]

Jeffrey Farber : De plus cette usine pilote peut offrir une formation à la prochaine génération de leaders et de chercheurs en salubrité des aliments.

[Un montage de chercheurs travaillant et utilisant divers équipements de laboratoire. Vue rapprochée des données sur un écran et des tubes à essai gelés recouverts de givre.]

[Vue aérienne du centre de recherche de Guelph.]

M. Balamurugan : Je crois qu’il est utile et important pour les intervenants de l’industrie de comprendre qu’une installation de confinement comme l’usine pilote existe…

[Vue aérienne de quatre chercheurs manipulant de la viande crue. Passage à un chercheur travaillant dans l’usine pilote.]

…et qu’ils peuvent venir nous voir afin que nous les aidions à respecter les exigences en matière de salubrité des aliments.

[Vue aérienne du centre de recherche.]

Texte à l’écran : Améliorez vos procédés et vos mesures de salubrité des aliments… Communiquez avec nous aujourd’hui au : aafc.grdcpilotplant.rdcgusinepilote.aac@canada.ca

[Fin de la musique]

[Fin]